Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

MONOLOGUE AU SERVICE D’UNE VERTICALITÉ SOURDE ET ABSURDE

CONDITIONS DE TRAVAIL


MONOLOGUE AU SERVICE D’UNE

VERTICALITÉ SOURDE ET ABSURDE DU SYSTÈME


©iStock – Cappels

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1447 du 11 décembre 2020.
Par Maxime REPPERT, secrétaire national du SNALC chargé des conditions de travail et du climat scolaire

Suite à ma participation à l’atelier du Grenelle de l’Éducation portant sur l’écoute et la proximité (atelier 3), il m’a paru indispensable d’écrire ces lignes.

Comme nous le rappelons bien souvent, l’Institution infantilise ses personnels. L’écoute et la notion de proximité constituent donc de grands enjeux.

Chers collègues, n’attendez rien de cet atelier (ni des autres par ailleurs). En effet, alors qu’il était censé être un lieu d’échange pour faire émerger des propositions fortes, il n’en a rien été.

Oui, le SNALC a pu faire état de ses inquiétudes en rappelant aux participants les problèmes auxquels nous sommes exposés : la solitude, le manque de reconnaissance (économique notamment), le manque de médecins et de prévention des risques psycho-sociaux. Face à ce bilan, quelle a été la réponse de cet atelier et des organisateurs en particulier ? Nous présenter quelques pratiques dans les académies, évoquer les GRH de proximité ainsi que les questions d’encadrement et de formation. Et puis c’est tout. En effet, rien de concret et d’opérationnel n’en est ressorti à nos yeux.

Une illusion de plus. Une occasion gâchée. Derrière ce vernis de dialogue social se cache en fait un monologue où tout est préparé. Les participants ne sont que des spectateurs.

Cela est symptomatique du mal qui nous gangrène : le système ne se remet pas en cause, ne comprend pas que cette verticalité brutale et sourde qui nous frappe tous participe au naufrage de notre système éducatif et de nos conditions de travail. Cela se voit dans notre quotidien : les professeurs ne sont pas ou trop peu consultés.

Nous aurions aimé une dimension humaniste et efficace portée par cet atelier. Cela n’est pas arrivé. Pour autant, ne baissons pas les bras. En effet, c’est avec lucidité que le SNALC a entrepris, depuis plusieurs années, de mettre en place des équipes et des outils au service de l’écoute et de la proximité. Mobi-SNALC en est un parfait exemple. Celui d’une démarche humaniste, seul rempart au monologue et à la verticalité sourde et absurde du système

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email