Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Mathématiques : une catastrophe annoncée

© istock_malerapaso

Il est des choses que l’on ne voit pas, au ministère. Ou que l’on ne veut pas voir. Dès la mise en place de la réforme du lycée, le SNALC a exprimé son inquiétude quant à une diminution drastique à court terme des effectifs, que ce soit dans les instances ministérielles ou lors de ses prises de parole aux congrès de l’APMEP [1]. Nous le disions : le programme de la spécialité mathématiques est certes solide et intéressant, mais inadapté à l’ensemble des élèves qui suivaient un enseignement de mathématiques précédemment, avec des effets catastrophiques en termes de poursuites d’études.

Aujourd’hui, le désastre est évident. Et le SNALC conseille la lecture des notes 21.23, 21.37 et 21.41[2] de la DEPP. Entre 2018 et 2020, ce sont plus de 33000 heures de mathématiques qui ont été éparpillées façon puzzle, avec les conséquences sur les collègues qu’on connaît.

Aujourd’hui, 37 % des élèves de terminale générale ont la spécialité Mathématiques. Et si l’on prend en compte l’option complémentaire qui concerne les non spécialistes, cela ne fait pas beaucoup grimper les chiffres. La part d’élèves de la voie générale en terminale scientifique était de 51 %. Mais les ES et une partie des L faisaient toujours des mathématiques. L’Éducation nationale est donc en train d’empêcher une majorité d’élèves d’avoir des connaissances ou une culture mathématiques solides.

Enfin, et c’est tout aussi grave, la part de filles en spécialité mathématique est faible. Elle devient ridicule si l’on regarde l’option mathématiques expertes. En 2018, elles représentaient 47 % des élèves de Terminale S, et près des 2/3 des élèves de terminale ES.

Bien sûr, le ministère vous dira que l’on ne fait pas moins de mathématiques mais mieux de mathématiques. Les langues anciennes connaissent cette rengaine à chaque fois que leurs heures sont attaquées. Bien sûr, le ministère lance des réflexions sur l’égalité filles / garçons et pense même parfois à appliquer des quotas, alors que de l’autre côté il remet en cause vingt ans de travail sur l’accès des filles aux mathématiques.

Le SNALC demande donc solennellement que la place des mathématiques au lycée soit remise sur la table des négociations et que les représentants des personnels et associations disciplinaires soient enfin écoutés.