Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Mathématiques : à poursuivre trop de lièvres…

© iStock_ElenaRadkova

Au Conseil Supérieur de l’Éducation du 20 juin, le SNALC a voté contre les textes introduisant un module de mathématiques facultatif dans l’Enseignement Scientifique en 1re et contre le programme de cet enseignement. Est-ce à dire que le SNALC est contre les mathématiques? 

Répondons sans attendre à la question rhétorique posée ci-dessus : le SNALC est favorable à ce qu’on permette aux élèves qui en ont besoin – et ils sont légion – de disposer de l’enseignement de mathématiques idoine. Mais ce qui était présenté au CSE ne répondait en rien au problème des mathématiques dans le nouveau lycée. 

En effet, du point de vue de la structure, les textes introduisent une sorte d’option à l’intérieur d’un enseignement dans un horaire qui ne permettra pas de proposer de la qualité. Les élèves seront évalués et leurs notes entreront pour 40 % dans la moyenne de l’enseignement scientifique. Cela sent bon l’improvisation et donne le sentiment d’avoir affaire à un élève qui avait fait l’impasse sur un sujet et improvise un bidule mal ficelé en se disant : « je vais y aller au talent ». 

Du point de vue du programme, les contenus sont plutôt corrects. Mais ce sont les objectifs qui montrent que l’équation n’est pas du tout comprise. En effet, pour le ministère, ce module d’une heure et demie doit servir à la fois à donner une culture mathématique commune et à permettre à ceux qui le souhaitent d’intégrer l’option «mathématiques complémentaires» en Terminale. 

Au final, vous vous en doutez, en courant deux lièvres à la fois le ministère rate ses deux cibles. Une partie ne parlera pas du tout à ceux qui sont un peu fâchés avec les mathématiques et l’ensemble – en une heure et demie – ne permettra pas de suivre à ceux qui voudraient prendre l’option mathématiques complémentaires au même niveau que leurs camarades ayant abandonné la spécialité. 

Heureusement, on reste dans du transitoire. Les leçons seront tirées pour améliorer et généraliser en 2023. Mais encore une fois, ce nouveau lycée, machine à rendre fou, prend les élèves pour des cobayes et fait vivre les personnels dans l’incertitude et l’impermanence 

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1467 de juillet 2022