Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Logeons les jeunes profs !

FAISONS FEU DE TOUT BOIS POUR RENDRE LE MÉTIER ATTRACTIF

LOGEONS LES JEUNES PROFS !

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1433 – octobre 2019
Par Laurent DIZABEAU, commissaire paritaire SNALC Créteil

Verrons-nous bientôt des collègues vivre au camping, dans des squats, ou dans leur voiture ?

Difficile de croiser un jeune professeur nouvellement nommé dans une métropole, parvenant à se loger de façon satisfaisante. Face à la hausse des prix généralisée du parc immobilier locatif dans les villes et en particulier en région parisienne, de nombreux collègues souffrent du mal-logement décliné en trois volets : cherté, petites surfaces et périphérisation. Voilà à quoi en sont réduits bien des professeurs. N’oublions pas la voiture, souvent nécessaire pour se déplacer, y compris en Île-de- France. Pendant longtemps, les professeurs pouvaient se contenter de studios ou de petits deux pièces des quartiers centraux, ou inversement choisir plus de m2 éloignés du centre. Aujourd’hui le choix est difficilement possible. Au vu des salaires, nos jeunes agrégés ou certifiés sont hors-jeu. Comment dans ces conditions rendre le métier attractif ? N’hésitons pas à ressortir une antienne au risque d’être moqués, qu’importe ! Il faut loger à très bas loyers un certain nombre de jeunes collègues.

On part de zéro, tout est à inventer. À court terme, obliger les collectivités d’une façon ou d’une autre, à mettre à disposition des jeunes profs pour une durée indéterminée des appartements. Lesquels ? D’abord que les régions et les départements fassent des audits des logements de fonction inutilisés dans les collèges et lycées, et il y en a… Et s’ils sont trop grands les transformer en studios.

A plus long terme et l’on ne pourra pas en faire l’économie, il faut créer un parc immobilier locatif pour professeurs dans chaque académie. Le ministère de l’Education doit montrer sur un mode pérenne sa volonté d’améliorer la condition des enseignants, pour qu’enfin et réellement le métier redevienne attractif.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email