Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Liberté d’expression : entre conditionnelle et liberté surveillée

© iStock - Studio Serge Aubert
« La liberté des uns s’arrête où commence celle des autres »

L’ACTION SYNDICALE : L’AUDACE PAR L’INDÉPENDANCE

Cet adage ancien, qui trouve sa traduction dans de très nombreuses civilisations, rappelle en peu de mots qu’une liberté ne saurait être absolue, si fondamentale soit-elle, et qu’elle doit être nécessairement encadrée. Les limites sont essentiellement d’ordre moral et juridique. En effet, la liberté de chacun ne doit pas manquer de respect à l’autre ni porter atteinte à ses intérêts. C’est pourquoi cette liberté s’exerce en France assez largement mais dans le cadre de la loi, qui la garantit tout en déterminant des restrictions.

La liberté d’expression si large soit-elle n’autorise pas à violer la liberté individuelle des personnes en exerçant sur elles des pressions portant atteinte à leur libre arbitre. Et dans nos métiers, des pressions, nous en rencontrons à tous les niveaux. Ils sont nombreux ceux qui ne conçoivent de liberté que celle qui leur permet d’exprimer leur seule voix, de museler celles qui ne seraient pas conformes à la leur. Flagrant délit de totalitarisme de l’expression. Les pages suivantes illustreront cette idée.


L’ACTION SYNDICALE : L’AUDACE PAR L’INDÉPENDANCE

Il arrive que les agents n’osent plus faire entendre leur voix, ni parfois même revendiquer leurs droits : peur d’aggraver une situation déjà pénible, peur des rétorsions, du qu’en-dira-t-on… Dans un contexte de climat de travail dégradé, le SNALC redouble de détermination et d’audace. Car sa voix, qui porte la vôtre, est celle d’une organisation représentative et expérimentée ; protégé par la loi, un représentant syndical est naturellement plus libre et moins vulnérable qu’un individu isolé s’exprimant en son nom propre. Le SNALC a cette particularité qui souvent irrite : il n’est soumis à aucune hiérarchie, aucun parti, aucun réseau de pression ; il ne craint aucune menace et n’a jamais été aux ordres d’un ministre ou d’un gouvernement – nombreux sont ceux qui l’ont appris à leurs dépens. C’est de cette réelle indépendance que le SNALC puise sa force et son audace pour servir sa mission première : la défense de vos intérêts.¦