Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

LES RELATIONS PARENTS – ENSEIGNANTS

LES RELATIONS
PARENTS – ENSEIGNANTS

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1428, mai 2019
Par Véronique SAUVINET, membre du Bureau académique du SNALC Toulouse

Le suicide d’un instituteur d’Eaubonne après une plainte d’une mère d’élève éclaire d’un jour cru les relations parents-enseignants. Dans le secondaire aussi, elles sont très altérées.

LES PROFESSEURS DU SECONDAIRE : DES « PRESTATAIRES » DE SERVICE ENVERS LES PARENTS

Le cahier de texte a été numérisé : les parents peuvent savoir en temps réel ce qu’a fait leur enfantet ainsi contrôler l’enseignant.

Les rencontres entre parents et enseignants ont été multipliées et se terminent parfois très tard le soir, selon la « clientèle ». Les parents, entrés au conseil de classe, deviennent juges, eux qui sont en même temps parties. On les voit donner des satisfecit ou des blâmes sur les enseignements de tel ou tel collègue.

L’administration, enfin, témoigne très souvent de la plus grande des servilités envers les parents.

UNE DES CAUSES : UNE PROFONDE MODIFICATION DE LA CONCEPTION DE L’ENFANT

Une conception « rousseauiste » mal digérée a placé l’enfant au « centre » du système éducatif. Il arrive à l’école déjà plein de capacités et de qualités. Enseigner à un être aussi parfait revient uniquement à « le valoriser », jamais à le – sanctionner – et ce, depuis son premier jour à l’école.

L’enfant devient un prolongement de ses parents : il porte leurs espoirs, leurs frustrations. Il est leur vitrine et leur faire-valoir.

L’égalité a supprimé sa responsabilité. Le sort de l’élève qui travaille et de celui qui ne fait rien et perturbe toute une classe est à peu près le même : ils passent tous deux dans la classe supérieure. Aux yeux des élèves et de leur famille, rien n’est une question de mérite, tout est une question de « chance ».

MAIS L’ÉCOLE N’EST QUE LE REFLET DE LA SOCIÉTÉ

On retrouve à l’école la violence des relations sociales et l’exigence démesurée des citoyens « consommateurs d’école ».

L’Éducation nationale s’effondre, comme d’autres services publics. Mais comme elle touche à l’enfant, et à l’avenir de tout un pays elle suscite une frustration, une angoisse et un mépris sans mesure, qui prennent les enseignants pour boucs émissaires
.

Comment s’étonner alors de l’épuisement et du désespoir des collègues ?