Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Les ENT dans le premier degré

© 893775-pxhere.com

Les Espaces Numériques de Travail sont davantage généralisés dans le 2d degré. Cela s’explique notamment par la nature des établissements, par le nombre important d’élèves de chaque professeur, ainsi que par les prises de contact entre parents et enseignants, bien différentes de celles pratiquées dans les écoles primaires.

Pas encore obligatoires – mais cela peut le devenir sous la pression des IEN – les ENT sont avant tout des outils, pour la classe ou pour l’école, généralement payants. Des ENT de classe existent d’ailleurs depuis longtemps pour les PE volontaires. De nos jours, les circonscriptions incitent de plus en plus à y avoir recours par école, et ce parfois sous l’impulsion des municipalités, tentées d’y abonner toutes leurs écoles.

L’ENT n’est pas indispensable pour la continuité pédagogique 

La notion de continuité pédagogique, apparue avec le Covid-19, le confinement et les fermetures de classes, n’implique en rien le recours obligatoire à un ENT. Même si chaque école doit désormais disposer de son plan de continuité pédagogique, pour « assurer la poursuite des apprentissages », la dimension numérique de ce plan évoque le recours possible à des ENT, mais également à des logiciels de vie scolaire, à ma classe à la maison et à de « bonnes pratiques numériques ». La continuité pédagogique ne s’impose pas pour un élève absent juste quelques jours. Comment faisait-on avant l’apparition du Covid lorsqu’un élève manquait pour une gastro-entérite ?

Des responsabilités dans un cadre juridique

Il existe un large choix d’ENT mais les municipalités n’ont pas toutes les moyens financiers d’y recourir, et les équipes pédagogiques n’ont pas non plus une volonté farouche d’y souscrire quand elles ont eu vent des retours d’expérience de leurs collègues du secondaire et ont été échaudées par les dérives installées suite à la continuité pédagogique. En effet, pour chaque absence de leur enfant, des parents exigent désormais le travail à faire par mail ou sur l’ENT, dans la journée voire même le dimanche, quand d’autres expriment leurs divers mécontentements, avec agressivité.

Recourir à un ENT ne s’improvise pas, donc cela ne doit pas être imposé. Le site Eduscol en indique d’ailleurs le cadrage. Le directeur d’école est généralement le responsable des publications sur l’ENT de l’école et la responsabilité de l’enseignant peut être engagée si un élève utilise ce vecteur pour envoyer des messages de harcèlement à des camarades.

Droit à la déconnexion

Le rapport d’information sur le cadre juridique et statutaire de l’enseignement hybride ou à distance dans l’enseignement scolaire et l’enseignement supérieur, remis le 19 janvier 2022, demande l’inscription dans les règlements intérieurs des école et établissements d’un droit à la déconnexion : « il importe tout d’abord de rappeler que le droit à la déconnexion, des enseignants comme de tout actif, est la condition d’une vie professionnelle et privée équilibrée et contribue à éviter burnout et autres dommages psycho-sanitaires. Ce droit doit être impérativement respecté. Il doit en conséquence être garanti par l’administration à qui il appartient de soutenir clairement les enseignants face à ce type de sollicitation. À tout le moins, cette question doit être rappelée de la manière la plus claire qui soit dans les règlements intérieurs des écoles et établissements pour être portée à la connaissance des parents et élèves. »

Loin de remettre en question l’utilisation des ENT par les écoles et les collègues aguerris, le SNALC préconise cependant de ne pas créer les conditions de situations problématiques supplémentaires. Si l’utilisation d’un ENT d’école s’impose à vous, l’utilisation que vous en ferez vous appartient.

Pour l’heure, aucun droit à la déconnexion n’est clairement établi pour notre profession, c’est pourquoi il est préférable de prendre des précautions et de ne pas donner de mauvaises habitudes. Alors qu’ils soient de classe ou d’école, le SNALC recommande vivement de se référer aux ENT conseillés par les ERUN, d’éviter la messagerie entre élèves et de continuer de recourir au cahier de textes ou de liaison en papier, qui lui ne risque ni de renforcer la fracture numérique, ni de vous contacter un dimanche matin.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email