Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

LES ENSEIGNANTS AU CNED : DES « TÉLÉTRAVAILLEURS » PEU CONNUS

LES ENSEIGNANTS AU CNED :

DES « TÉLÉTRAVAILLEURS »

PEU CONNUS

Par Élise BOZEC-BARET, responsable nationale du SNALC au CNED
Paru dans la Quinzaine universitaire n°1441
Le 15 mai 2020

« Ma classe à la maison », plateforme élaborée par le CNED et à la disposition des familles et des enseignants depuis le début de la crise sanitaire, a mis en avant l’établissement d’enseignement à distance.

C’est l’occasion de se pencher sur le quotidien du CNED, qui scolarise avant tout des élèves ne pouvant aller en classe. Pour les accompagner, y sont affectés sur des postes adaptés plus de mille enseignants. Or, ils travaillent presque tous à distance car l’affectation de longue durée au CNED concerne les personnels « relevant d’un exercice à domicile de l’emploi. » (1) , du fait d’un handicap ou d’une maladie chronique. Comment s’organise donc ce « télétravail » – dont il faut préciser avant tout qu’il n’en est pas un au sens réglementaire ? (2)

Ces enseignants ne créent pas, la plupart du temps, de cours ni d’évaluations (les auteurs sont des enseignants en poste). Leurs activités se déroulent principalement en ligne : ils corrigent des copies (pas forcément des mêmes élèves), font du tutorat (pas forcément avec les élèves qu’ils corrigent), et assistent à des réunions pédagogiques via des classes virtuelles. Ainsi l’outil proposé dans « Ma classe à la maison » sert-il au CNED plutôt pour des réunions entre adultes.

Ces différentes activités sont censées durer 35h par semaine sur 36 semaines. Mais le bât blesse : la correction individualisée est paradoxalement considérée comme une activité qui se pratique à la chaîne. Ainsi un temps de correction des devoirs par matière et par niveau, souvent irréaliste, est fixé de façon opaque. Or, si un enseignant en poste en présentiel décide de donner à tel moment un devoir d’une longueur par lui-même définie, au CNED, un enseignant peut se voir attribuer en même temps des copies de plusieurs devoirs différents qu’il ne connaît pas : on lui accordera le même délai pour les corriger qu’à un collègue qui n’aurait de copies que d’un seul devoir qu’il maîtrise…

Si on ajoute à cela des « missions liées » (bulletins à remplir par exemple) pour plus de 300h/an, on finit par se demander si ces postes adaptés le sont aux pathologies des enseignants ou si c’est aux enseignants de s’adapter aux pathologies de l’organisation du travail !

(1) Circulaire n° 2007-106 du 9-5-2007
(2) Cf par exemple l’article 3 du Décret n° 2016-151 du 11 février 2016 : « La quotité des fonctions pouvant être exercées sous la forme du télétravail ne peut excéder trois jours par semaine »

contact : info@snalc.fr

—————————–

Consulter la rubrique dédiée sur le coronavirus

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email