Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Le Drenche – une bonne solution pour pallier le manque de professeurs ?

«Quelle image de notre profession donne-t-on si n’importe qui ou presque peut devenir professeur après un entretien de 30 minutes ? Imaginez si je prétendais devenir vétérinaire parce que j’ai un chat…»
Jean-Rémi Girard
Président du SNALC

L’académie de Versailles recrute en partie ses enseignants via de courts entretiens oraux. Jean-Rémi Girard, président du SNALC, dénonce la pratique dans un débat “Pour” ou “Contre” face à la rectrice de Versailles.

Jean-Rémi Girard, président du SNALC, syndicat de l’école au supérieur,  débat dans La Drenche du 6 juin 2022

Jean-Rémi Girard.

Ces « job dating » sont une honte

Le point de départ de tout cela, c’est le manque d’attractivité du métier d’enseignant, qui s’est terriblement aggravé cette année. Depuis longtemps, on a du mal à remplir les places au concours dans certaines disciplines (mathématiques, allemand, lettres classiques, plusieurs disciplines de la voie professionnelle…).

Et, depuis quelques années, cette crise des recrutements concerne aussi les professeurs des écoles. Mais elle touche bien au-delà du seul métier de professeur : on n’arrive pas non plus à recruter des médecins ou des accompagnants d’élèves en situation de handicap.

Afin de mettre des personnes devant les classes, l’Éducation nationale a donc de plus en plus recours à des personnels contractuels, qui n’ont pas le concours. Ces collègues sont par nature précaires, très mal payés, très peu formés. Ils sont mis dans les pires conditions imaginables, et si certains tiennent, beaucoup craquent avant la fin de l’année scolaire. On est donc dans un système qui a institutionnalisé la précarité.

Il ne s’agit plus de recruter des contractuels dans des situations d’urgence : c’est quelque chose de structurel, qui est un révélateur très clair de la crise qui nous touche. Et c’est aussi un révélateur du manque d’éthique dans la gestion des ressources humaines : c’est en fait très pratique de pouvoir payer moins cher des gens qui, de surcroît, n’ont qu’une protection limitée, et n’ont aucune garantie individuelle d’être réemployés d’une année sur l’autre.

Ce phénomène contribue évidemment à la dévalorisation de notre métier. Quelle image de notre profession donne-t-on si n’importe qui ou presque peut devenir professeur après un entretien de 30 minutes ? Imaginez si je prétendais devenir vétérinaire parce que j’ai un chat… Cela laisse penser à la société qu’il n’y a pas besoin de compétences réelles pour devenir enseignant, et donc qu’on peut rogner un peu plus chaque année sur notre pouvoir d’achat.

Et c’est ainsi que des personnes, certes pleines de bonne volonté, mais qui ne connaissent rien à nos conditions de travail et à ce qui constitue notre professionnalité, viennent postuler parce qu’elles ont bien aimé faire des devoirs de maths avec leurs enfants.

Le pire dans tout cela, c’est que le rectorat de Versailles en a fait toute une mise en scène. On se retrouve avec la lie de la com’ : on se réjouit de la réussite d’un « job dating », alors même que c’est un terrible aveu d’échec que de se retrouver à devoir organiser une telle mascarade. On a l’impression d’être chez Orwell, et on cherche sciemment à tromper les citoyens sur ce que constitue cette opération.

Ce n’est pas parce qu’on utilise une expression anglaise pour faire « in » et « monde de l’entreprise » que le processus est positif. Au contraire, on se sert de ce langage comme d’un cache-misère. Pour résumer, la maison brûle, et le rectorat de Versailles se félicite du fait que ça lui permet de faire des économies de chauffage.

« Ce n’est pas parce qu’on utilise une expression anglaise pour faire « in » et « monde de l’entreprise » que le processus est positif. Au contraire, on se sert de ce langage comme d’un cache-misère. »
Jean-Rémi Girard
Président du SNALC
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email