Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Le climat scolaire analysé par la DEPP 

© mohamed hassan-pxhere.com

Conscient d’un mal-être nuisant à l’acquisition des apprentissages scolaires, le ministère de l’Éducation nationale a chargé la DEPP de mener des enquêtes nationales régulières pour comprendre la détérioration du climat scolaire dans ses établissements.

La DEPP (Direction de l’Evaluation, de la Prospective et de la Performance) mène actuellement une enquête en combinant 2 démarches : d’une part, l’enquête Sivis qui recueille à raison d’une fois par mois les faits graves de violence révélés par les directeurs d’établissements et les IEN ; d’autre part les enquêtes nationales sur le climat scolaire et la victimation qui interrogent les élèves et les personnels des établissements scolaires délivrant leur ressenti sur les faits subis, qu’ils soient connus de l’Institution ou non.

C’est en 2011 qu’ont débutées les premières études de la DEPP sur le climat scolaire et la victimation. 9 enquêtes ont été réalisées en 11 ans, avec avant tout un attrait majeur pour le secteur du secondaire concerné par 7 des 9 enquêtes menées. Alors que les premières enquêtes s’intéressaient uniquement au ressenti des élèves du secondaire, ce n’est qu’en 2019 qu’on s’intéressera au ressenti des enseignants et du personnel du second degré. Il faudra attendre 2021 pour que les élèves de CM1-CM2 du premier degré soient intégrés dans les statistiques et 2022 pour les directeurs et professeurs des écoles.

Les enquêtes de la DEPP s’intéressent essentiellement au climat scolaire, c’est-à-dire au ressenti de chacun dans son expérience quotidienne à l’école, ses conditions de travail, son environnement scolaire, l’ambiance générale et les éventuelles atteintes subies. C’est sur ce dernier point qu’on définit le terme de « victimation ».

 

Quels constats dans le premier degré concernant les élèves ?

  • 92,4 % des élèves de CM1-CM2 déclarent se sentir « bien » ou « très bien » dans leur école.
  • 92% des élèves de CM1-CM2 s’entendent bien ou très bien avec les autres élèves de l’école.
  • 94% s’entendent bien ou très bien avec leur maître ou leur maîtresse.

 

Il semblerait donc que les enseignants arrivent encore à préserver leurs élèves en conservant un climat propice aux apprentissages dans les écoles avec un climat de confiance et de protection, mais jusqu’à quand ?

Les difficultés ressenties par les élèves se situent plus dans le travail qu’il est demandé de faire à la maison pour 58,5% d’entre eux, avec même 42% qui déclarent devoir y consacrer trop de temps.

Concernant la victimation, 4 élèves sur 10 déclarent avoir été au moins une fois dans l’année victimes d’une forme de maltraitance à l’école par leurs pairs.

 

Quels constats dans le premier degré concernant les professeurs ?

Le SNALC attend avec impatience les résultats de l’enquête de mai 2022 concernant le climat scolaire et la victimation pour les enseignants du premier degré mais nous avons déjà une idée des résultats qui en ressortiront, d’autant plus si l’on s’appuie sur une autre enquête récente de la DEPP : le Baromètre du bien-être des personnels de l’Éducation nationale.

Les PE dénoncent clairement un manque de reconnaissance et un mal-être grandissant. Les agressions verbales à leur encontre de la part des parents et le sentiment d’abandon de leur hiérarchie sont clairement exprimées, tout comme le fait de ne pas être rémunéré correctement. Il est à noter que toutes les questions du « Baromètre » tournent autour de ces thèmes.

Pour le SNALC, le faible niveau de reconnaissance de la part de la société et les difficultés du métier génèrent une crise des vocations, des difficultés de recrutement et des demandes de mises en disponibilité, de reconversions et de démissions de plus en plus nombreuses.

Reconnaître de la valeur au système scolaire français et à ses personnels, c’est le préserver et garantir un avenir respectueux avec les adultes de demain.

Pour aller plus loin :

https://www.education.gouv.fr/les-enquetes-nationales-de-climat-scolaire-et-de-victimation-323459