Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : carrière
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

L’autorité dysfonctionnelle

© iStock - Gremlin
Mot du président
 
Jean-Rémi GIRARD

 

Edito de la revue Quinzaine universitaire n°1459 du 13 décembre 2021

À l’heure où j’écris cet éditorial, un amendement du gouvernement à la loi de décentralisation prévoit de placer les adjoints gestionnaires sous « l’autorité fonctionnelle » des collectivités territoriales. C’est une proposition qui va à l’encontre même d’un accord signé par le ministre avec plusieurs organisations représentatives — dont le SNALC. 

Cette « autorité fonctionnelle» a décidément le vent en poupe. Déjà convoquée dans la loi Rilhac sur la direction d’école, elle est aussi la notion qui permet au directeur du CNED de prendre des sanctions de premier groupe sur les agents. Pas besoin d’être un supérieur hiérarchique pour surveiller et punir. L’autorité fonctionnelle, c’est toutes les responsabilités, mais souvent sans les avantages (statut, salaire). Et c’est aussi multiplier les donneurs d’ordres pour un même personnel, avec la chance pour ce dernier de recevoir des injonctions contradictoires. 

Il faut dire que notre administration a un problème majeur avec l’autorité. Alors même qu’elle est depuis longtemps loin de soutenir ses agents dans leurs conflits vis-à-vis d’élèves ou de familles, elle n’hésite pas à faire preuve d’autoritarisme à Besançon pour un simple message d’un collègue sur la question du soutien de l’institution à Samuel Paty. Avant de se rétracter aussitôt devant une intersyndicale combative : il faut dire que sanctionner la liberté d’expression ici, ce n’était pas très «Charlie»… Il faut parfois même en passer par la justice, et c’est ainsi que le SNALC gagne régulièrement des procès face à des abus de pouvoir. 

Mais il n’y a pas que dans le domaine des ressources humaines que l’autorité de l’employeur est dysfonctionnelle. Elle l’est tout autant sur le plan pédagogique. Ainsi, la dernière réforme du baccalauréat général et technologique — comme le CCF en voie professionnelle — n’en finit pas de produire des textes au kilomètre pour simultanément contraindre chaque collègue dans sa pratique quotidienne et le laisser se débrouiller en cas de conflit. Projet d’évaluation bidon, foire aux questions souvent incompréhensible : l’avènement du bac local se fait par un cadrage qui laisse pantois. Personne au ministère n’a le courage d’écrire que oui, une absence non justifiée ou une triche, ça vaut zéro. En revanche, il y a du monde pour vous ordonner de faire des rattrapages de rattrapages de rattrapages, et ce, ad vitam æternam, à moins que ce ne soit jusqu’à ce que les parents vous laissent enfin tranquille. Visiblement, la bienveillance, c’est pour les élèves, pas pour les personnels. 

Pour le SNALC, la bienveillance commence par le fait de bien rémunérer et d’offrir de bonnes conditions de travail à l’ensemble des personnels de l’Éducation nationale et du Supérieur. Quand il faut la jouer collectif, comme récemment encore pour les AED et pour les AESH, mais aussi sur la gestion de la situation sanitaire, nous n’hésitons pas à le faire. Quand il faut en passer par la justice, nous le faisons, mais toujours de façon pragmatique et efficace. Quand il faut porter la parole des personnels dans les grands médias nationaux comme dans la presse locale, nous répondons présents. L’autorité du SNALC vient de la légitimité que vous lui apportez par vos adhésions et votre soutien, de la clarté de sa parole, de sa connaissance des dossiers, de sa très grande réactivité. Ce n’est pas une autorité fonctionnelle : c’est simplement une autorité qui fonctionne. 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi