Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

La GIPA réapparaît

La garantie individuelle du pouvoir d’achat (G.I.P.A.) créée en 2008 est normalement reconduite par un décret chaque année. 

Le ministre de la transformation et de la fonction publique vient d’annoncer la reconduction de cette mesure qui consiste à verser une indemnité à tous les agents dont le traitement indiciaire brut aurait évolué moins vite que l’indice des prix à la consommation en cumul sur une période de quatre ans. 

En clair, les fonctionnaires qui toucheront cette indemnité doivent ne pas avoir eu d’augmentation de traitement entre le 31 décembre d’une année N – 4 et le 31 décembre d’une année N. Peu nombreux sont ceux qui vont en bénéficier car la durée de passage dans un échelon est rarement égale à quatre ans. Sont davantage concernés ceux qui sont arrivés au sommet de leur carrière et ne peuvent plus progresser : c’est d’ailleurs pour ces fonctionnaires qu’elle a été créée il y a quatorze ans. 

Nous attendons le décret qui notifiera cette augmentation dont le montant dépendra de l’inflation. L’inflation est déjà montée à 5,8% – ce qui ne s’est pas vu depuis 1985 – alors que le gouvernement annonce une augmentation des traitements des fonctionnaires de 3,5 % à compter du 1er juillet 2022. 

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1467 de juillet 2022