Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

YAHOO ACTUALITES – “J’ai un élève qui m’a parlé de bons et de mauvais terroristes”

« …il ne faut jamais oublier que la première sphère d’apprentissage de l’enfant, ce n’est pas l’école, c’est la famille… » (Maxime Reppert)

Professeur et secrétaire national SNALC aux conditions de travail et au climat scolaire, Maxime Reppert est revenu, pour Yahoo, sur la décapitation, vendredi 16 octobre, de Samuel Paty, professeur d’histoire-géo au collège du Bois d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Il évoque aussi la peur, l’insécurité, le sentiment d’abandon et la dépréciation du métier d’enseignant. Et l’inquiétude. Terrible. Grandissante. Une inquiétude qui “ne date pas de vendredi”.

Cliquez sur l’image pour accéder à l’enregistrement :

À retrouver sur le site d’Yahoo Actu – vidéos. Interview diffusée le 19 octobre 2020

Citation:
Vendredi soir, quand j’ai appris la chose, j’ai eu du mal à y croire. Il a été décapité parce qu’il était prof. Cela m’a plongé dans une émotion très vive parce qu’il est père de famille, d’un jeune enfant comme je le suis. Cela m’a profondément attristé, choqué, je me suis dit : « c’est pas possible ! » Je ne veux pas que ce qui s’est passé soit inutile. Je ne veux pas qu’on se dise : « ce collègue-là, il est mort pour avoir enseigné, on va faire deux ou trois rassemblements, on va allumer quelques bougies et on va passer à autre chose ». Non ! Je pense que ce qu’il s’est passé, c’est un drame humain qui touche la république. Que des choses arrivent comme ça, en France, en 2020, c’est surréaliste.

Malheureusement, il faut bien tenir compte du contexte. Ce climat, pour les enseignants, est extrêmement stressant, angoissant, on va droit dans le mur. Je rappelle quand même que l’an dernier, on a eu quand même toute une série de suicides médiatisés. Je suis inquiet pour l’intégrité physique des enseignants. Je suis inquiet pour l’intégrité psychologique des enseignants. Ça ne date pas de vendredi. Aujourd’hui, en tant qu’enseignant, je me sens menacé par rapport à ma fonction, par rapport à ma mission républicaine, par rapport à ma façon d’enseigner par exemple, les valeurs fondamentales de la république.

Personnellement, lorsque j’enseigne, je suis conscient de sujets essentiels, parfois qui peuvent être évoqués. La question de la laïcité, la question de la liberté d’expression, la question de l’éthique. J’ai déjà eu une fois un élève qui s’était montré menaçant, qui avait fait un pas en avant, comme s’il voulait me frapper. Il ne l’a pas fait. Les enseignants sont des professionnels. On doit surmonter cette peur-là. Cela n’est pas simple. Parce que c’est vrai qu’actuellement, on a un sentiment d’abandon, un sentiment très cruel. Simplement, enseigner, aujourd’hui, c’est difficile. C’est pas simplement difficile pour les professeurs d’histoire géographie. C’est difficile tout court. Il y a la dépréciation du métier d’enseignant. C’est une dépréciation engendrée ou accentuée par les différents gouvernements.

Et puis, il y a des faits de société que nous ne maîtrisons pas. Ce qui se passe dans la sphère privée de l’élève, ce sont des choses sur lesquelles mais nous n’avons pas d’emprise. Mais, il ne faut jamais oublier que la première sphère d’apprentissage de l’enfant, ce n’est pas l’école, c’est la famille.

Quand on a à faire à un comportement qui est, comment dire, anormal, voire dangereux, on doit en faire la remontée. Je vais vous donner un exemple très simple : au lendemain des attentats terroristes de 2015, j’ai un élève qui m’a parlé de bons et mauvais terroristes. J’étais assez interloqué, ses camarades également. J’ai arrêté mon cours et on a échangé pendant le reste de l’heure.

Cela fait une douzaine d’années que j’enseigne. Il y a une forme d’intrusion par certains parents dans la manière dont les professeurs doivent faire leur travail. Par exemple, j’ai déjà reçu des parents qui voulaient me voir parce qu’ils ne comprenaient pas pourquoi, à l’époque, on étudiait l’Islam en classe de cinquième. Nous ne faisions pas de l’histoire religieuse, c’était l’étude de la civilisation musulmane. On n’est pas là pour enseigner un dogme. Je me dis que quand on a ce genre de choses-là qui arrive, cela montre encore plus l’importance de l’école. L’école n’est pas un bien de consommation.