Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Incivilités graves et rappel à l’ordre : une expérimentation toulousaine

© 1005254-pxhere.com

Le SNALC revient sur le partenariat conclu entre la mairie de Toulouse et l’Éducations nationale à propos des incivilités. En fait il s’agit d’une expérimentation au sein de l’académie de Toulouse regroupant trois acteurs : le Rectorat de Toulouse, la mairie de Toulouse, et le Parquet de Toulouse.

Cette convention devrait entrer en vigueur lors de la rentrée prochaine pour une expérimentation de deux ans. Dans un premier temps, le dispositif devrait se concentrer sur les élèves de CM1, CM2 et collège.

Cela concerne tous les élèves âgés de plus de dix ans. En cas d’absentéisme répété (plus de 4 demi-journées d’absence non justifiées par mois) ou de violences sur des biens ou des personnes commises à l’école, les élèves pourront alors être convoqués, avec leurs parents, au Capitole (abritant la mairie) pour un rappel à l’ordre.

Plus concrètement, en cas d’incident constaté, les équipes éducatives transmettront une fiche récapitulative au rectorat, au conseil local de prévention de la délinquance (CLPD) et au parquet, qui validera si les faits relèvent bien du rappel à l’ordre. Puis l’élève et les parents seront reçus en mairie par un jury composé de l’élu en charge du rappel à l’ordre, le directeur de la police municipale, le directeur du CLPD et des élus de quartier. S’en suivra un entretien à visée pédagogique au cours duquel un accompagnement socio-éducatif pourra être proposé à la famille.

Sur le papier, le SNALC salue cette expérimentation. A nos yeux il ne s’agit pas d’un outil de répression mais plutôt de prévention de la récidive. Plus encore, il permet une prise de conscience/responsabilisation de l’élève et des parents, en montrant que les conséquences de certains comportements vont bien-au-delà de l’école.  Cela est d’autant plus intéressant dans un contexte où les violences/incivilités en milieu scolaire ont tendance à se banaliser (et/ou à être de plus en plus médiatisés). Le SNALC estime et rappelle que les élèves et les personnels ont le droit de travailler dans un climat serein et sécurisé.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email