Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

HOMME AVEC UN GRAND « H » ET FEMME AVEC UN GRAND « F »

HOMME AVEC UN GRAND « H »

ET FEMME AVEC UN GRAND « F »


© iStock

Article rédigé par Guy DESBIENS, membre du Bureau SNALC de Lille
Paru dans la Quinzaine universitaire n°1439
Le 20 mars 2020

Suite à l’article dénonçant l’intrusion de l’écriture inclusive (1) au sein de l’institution scolaire, nous aimerions présenter une analyse, complémentaire, de ce souci de féminiser la langue française.

Il y a bien eu, depuis quelques années, une évolution dans les habitudes de langage de nos élèves, conduisant à un usage inadéquat des majuscules et du féminin. Les réactions sont même parfois véhémentes – avec l’accusation de sexisme – lorsqu’on ose s’affranchir de ces pratiques.

Rappelons d’abord que l’usage de la majuscule en français, pour désigner « l’Homme », ne se justifie pas par l’intention d’inclure les femmes (la minuscule suffit pour renvoyer à « l’humanité »). Cela correspond, en langage scientifique, au genre (nous parlons ici du concept taxinomique) : « Homo » sapiens, erectus, neanderthalensis, etc. Un autre usage possible est celui du respect, pour exprimer solennellement la grandeur.

On en trouvera une illustration chez St Exupéry dans Terre des hommes ! Soit deux citations : « L’homme se découvre quand il se mesure avec l’obstacle » (l’auteur n’exclut pas, évidemment, les femmes) ; et « Seul l’Esprit, s’il souffle sur la gloire, peut créer l’Homme » (cette fois c’est la majuscule du respect). Aucun auteur, en littérature et en philosophie, au cours des siècles, n’a jamais fait usage de la majuscule pour exprimer l’humanité.

Ensuite, s’agissant de la féminisation de la langue, nous rappelons que l’absence de neutre en français est suppléée par le masculin. On le sait par comparaison avec d’autres langues : comme dans « il pleut », en anglais « it’s raining » et en allemand « Es regnet ». Nous rappelons aussi que la 3ème personne du singulier « on » (comme dans « on peut… ») provient du latin… homo ! Faudra-t-il le bannir ?

Certains mots sont « épicènes » (invariables selon le genre, ex. « habile »), d’autres sont féminins mais peuvent s’appliquer à un homme (qui peut être « une personne importante », « une victime ») ou inversement (une femme peut être « un génie »). Les mots vivent avec leur genre : il n’y a rien de sexiste en cela.¦

contact :
info@snalc.fr

———————
(1) Eugénie De Zutter, QU 1437 du 31 janvier 2020

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email