Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Grille de rémunération des AESH : déjà 3 rafistolages en 3 mois

© g1dade6748_640-pixabay.com

Alors que la grille entre en vigueur le 1er septembre 2021, dès le 1er octobre, le SMIC augmente, l’IM plancher passe donc de 335 à 341, ne laissant plus qu’un écart de 4 points d’IM avec l’échelon 2 (345).

Au 1er janvier 2022, une nouvelle hausse du SMIC entraîne une nouvelle augmentation de l’IM plancher. Ce dernier passe de 341 à 343, l’écart avec l’IM de l’échelon 2 (345) ne serait plus que de 2 points.

Pour éviter que l’échelon 1 disparaisse à la prochaine hausse du SMIC, suite à un arrêté du 24 janvier, l’IM de l’échelon 2 est fixé à 348 (et non plus 345) à compter du 1er janvier 2022.

Par conséquent, l’écart entre l’échelon 1 (IM 343) et l’échelon 2 (IM 348) passe à 5 points (+11,67 € mensuel net pour un 62%) et l’écart entre l’échelon 2 (IM 348) et l’échelon 3 (IM 355) n’est plus que de 7 points (+16,34 € mensuel net pour un 62%).

 

Lorsque l’Administration est contrainte de relever tous les quatre matins les IM des échelons les plus bas d’une grille indiciaire, c’est l’aveu d’une absence de reconnaissance de l’expérience professionnelle et de la valeur professionnelle de l’agent. L’institution se contente de suivre (pour l’échelon 1) ou d’anticiper (pour l’échelon 2) les hausses successives du SMIC. En l’occurrence, non seulement ce n’est pas de la revalorisation pour les AESH rémunérés aux 2 premiers échelons, au mieux ce relèvement d’IM annule ou limite la baisse de leur pouvoir d’achat, mais c’est carrément un déclassement pour les AESH rémunérés à partir de l’échelon 3.

 

Avec une inflation de plus en plus forte et les hausses du SMIC qui en découlent automatiquement, ce processus de rattrapage n’est pas prêt de s’arrêter. Donc, le ministère bluffe quand il fait de la revalorisation des AESH l’un de ses grands chantiers !

 

Enfin, dans son rapport établissant le bilan des mesures éducatives du quinquennat, enregistré à la présidence du Sénat le 23 février dernier, le Sénat note la faible rémunération des AESH. Pour l’améliorer, il préconise d’augmenter la base semaine de calcul fixé actuellement à 41 semaines. Cette préconisation ne réglerait pas l’écrasement des échelons à chaque nouvelle hausse du SMIC horaire brut, mais aurait au moins le mérite d’augmenter immédiatement le salaire de tous les AESH, notamment si la durée annuelle du service est répartie sur 45 semaines.