Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Avantages-SNALC : les offres V1
Carrière des PE
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Formations, concours, stagiaires
L'enseignement privé
L’édito du président
Le premier degré
Brèves
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Mobilité
Pédagogie
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Elections professionnelles
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants du supérieur
Personnels BIATSS
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques
Mutations, détachement
Personnels administratifs
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Positions et revendications
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Programmes & disciplines
Santé et risques psycho-sociaux

GESTION DE CLASSE : UNE QUESTION INDIVIDUELLE ET PROFESSIONNELLE

© iStock-1091146478_┬®nicoletaionescu

Ce thème est traité en formation continue ou durant les années INSPE. Mais souvent, cela confine à ce que le jargon nomme « une analyse de la pratique ». On fait un tour de table et un formateur juge puis donne des trucs et astuces.

Certains ont leur intérêt. L’on peut citer, par exemple, le fait de ne pas prendre de front un élève meneur devant ses camarades. Le prendre seul à la fin de la classe évite souvent l’escalade.

Mais à l’exception de quelques outils de bon sens, la gestion de classe est une question de personnalité. Tenter de plaquer des méthodes utilisées par d’autres mène souvent à l’échec.

Sans entrer dans le clés en mains, le SNALC vous rappelle la Loi :

L’article L 912-1 du Code de l’éducation prévoit que les enseignants sont responsables de l’ensemble des activités scolaires des élèves. Il a cela d’intéressant qu’il nous pose comme maîtres dans nos salles de classe.

En outre, il permet une chose souvent niée là où le pas de vague règne en maître : l’exclusion de cours.

Ceux qui prétendent qu’exclure est illégal pour un professeur ne savent pas lire. Ils confondent cette punition avec la sanction décidée par le chef d’établissement seul ou suite au conseil de discipline.

En tant que professeurs, nous pouvons, face à « un comportement inadapté au bon déroulement du cours » faire sortir un élève. Nous donnons juste un travail et le faisons accompagner en vie scolaire

Vous êtes dans un établissement où l’on pratique le retour à l’envoyeur ? Mentionnez l’article L 912-1 et refusez de reprendre l’élève. Ajoutez que vous verrez le chef d’établissement pour parler commission éducative. Cela calme !

Au final, la gestion de classe implique que le professeur est l’autorité. Il fait autorité par son statut de transmetteur du savoir. C’est cela que notre institution tend à oublier, à nous faire oublier et à ne plus dire aux élèves. C’est cela qui peut pacifier le climat scolaire.

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email