Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

franceinfo –  On a l’impression que le président compte sur une amnésie générale de la profession

« On a l'impression que le président de la République compte sur une amnésie générale de la profession »
Jean-Rémi Girard
Président du SNALC

À l’occasion de la réunion de rentrée des recteurs d’académie à Paris, Emmanuel Macron a fait une série d’annonces, notamment sur la rémunération des enseignants. Pour Jean-Rémi Girard, président du SNALC, il faut aller plus loin.

Jean-Rémi Girard, président du SNALC, syndicat de l’école au supérieur,  répond aux questions de franceinfo  le 25 août 2022

franceinfo : Comment jugez-vous les annonces faites par le président ?

Jean-Rémi Girard : On a l’impression que le président de la République compte sur une amnésie générale de la profession, comme s’il n’y avait pas eu le quinquennat précédent. Il veut par exemple réformer la voie professionnelle alors qu’il l’a déjà fait sous le quinquennat précédent. Les personnels ont des difficultés à accorder leur confiance à quelqu’un qui les a fortement déçus pendant cinq ans et qui promet maintenant des fonds d’innovation pour faire des classes flexibles. Honnêtement, on a autre chose à faire que discuter pendant quatre mois pour décider quelle classe recevra des tablettes numériques. Que ces 500 millions d’euros soient investis dans le rattrapage salarial plutôt que de nous demander d’assurer des missions supplémentaires pour gagner plus, alors qu’on n’arrive déjà pas à recruter.

 

Plus de stages, plus d’entrepreneurs qui viennent à l’école dès le collège, trouvez-vous que c’est une bonne idée ?

Non. On a un système scolaire qui a d’énormes difficultés, on a du mal sur les enseignements académiques dans les classements internationaux. Là, le chef de l’Etat propose de faire moins d’enseignements académiques et de la découverte du monde de l’entreprise en 5e : je ne suis pas certain de comprendre l’idée. Cette demi-journée proposée, on la fait quand ? Quelle discipline va voir ses horaires diminués pour qu’on essaie de faire venir des entrepreneurs parler devant des enfants qui n’en auront propablement pas grand chose à faire. On risque de perdre beaucoup de temps de manière peu efficace. Ces solutions sont déconnectées de la réalité : qui se déplacera dans un collège de campagne un jeudi de 10h à 12h pour parler de son entreprise ?

A propos des salaires, Emmanuel Macron a annoncé qu’aucun enseignant ne commencerait sa carrière sous les 2 000 euros nets mensuels, est-ce une question centrale pour vous ?

On perd en pouvoir d’achat chaque année depuis 30 ans, donc s’il n’y a pas de rattrapage salarial sans contreparties, on n’arrivera à rien. Ça ne veut pas dire qu’il faut seulement de meilleurs salaires, mais ce serait déjà une meilleure considération et une meilleure attractivité du métier. Ça correspondra davantage au niveau d’études et au reste de la fonction publique, aussi. Pour donner un chiffre parlant : les enseignants de catégorie A touchent près de 1 000 euros de moins par mois que la moyenne des autres catégories 1 de la fonction publique d’Etat. Donc, quand bien même cette revalorisation de 10% aurait lieu, on est encore très loin du compte.

« les enseignants de catégorie A touchent près de 1 000 euros de moins par mois que la moyenne des autres catégories A de la fonction publique d'État. »
Jean-Rémi Girard
Président du SNALC