Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Formation initiale et continue : toujours pas bon !

© pxhere.com

La formation, initiale et continue, a connu de nombreux changements dans le premier degré depuis 40 ans. Mais quels que soient les changements et les formules retenues, le constat reste inchangé : la formation reste trop théorique et coupée de la réalité de la classe. À leur grand désarroi, les jeunes titulaires se rendent vite compte qu’ils ne sont pas formés mais plutôt formatés, et qu’ils devront se débrouiller avec les difficultés de leur classe. Quant aux plus expérimentés, ils se retrouvent formés contre leur gré.

Jusqu’au début des années 2000, la formation continue avait le mérite d’être une formation sur le temps d’enseignement et permettait parfois de partir plusieurs semaines en formation sur un thème précis. Ces stages qui donnaient l’occasion de découvrir de nouvelles approches pédagogiques ou de renforcer certaines compétences représentaient également une bouffée d’oxygène indispensable et salvatrice pour certains professeurs. Aujourd’hui la formation continue consiste en 18 heures d’animations pédagogiques par an, hors temps d’enseignement, avec un contenu imposé, le plus souvent sans grand intérêt.

Ces petites sessions de formatage – initial ou continu – ne correspondent pas aux besoins et envies des professeurs des écoles et n’apportent que très rarement une véritable plus-value professionnelle. Pour le SNALC, le retour à une vraie formation formatrice d’une ou de plusieurs semaines sur le temps scolaire, et non du saupoudrage imposé d’animations répondant aux lubies de la hiérarchie intermédiaire et de l’institution, emporterait enfin l’adhésion des PE et serait réellement bénéfique.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email