Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Formation des personnels : le SNALC marque sa différence

© itsock_skynesher

Les débats autour du Plan National de Formation touchent à leur fin. Le Ministère semble vouloir imposer les compétences comportementales, les valeurs, les bonnes pratiques et le numérique éducatif. Il souhaite allier formations hybrides, à distance et même autoformation. Pour le SNALC, il y a erreur dans les contenus et dans les méthodes. 

 

Dans ses contributions écrites comme dans sa participation aux débats, le SNALC a dépeint ce qu’est, pour lui, la formation. 

 

COMMENT FORMER ? 

Si s’informer sur des pratiques ou des contenus peut se faire seul, face à un écran, cela ne constitue en rien une formation. Il s’agit d’un travail théorique qui se révèle souvent nécessaire mais insuffisant. 

La formation, elle, requiert de mettre les personnels formés en présence de leur formateur. Il faut qu’il puisse y avoir des échanges, des questionnements et des réflexions. Mais tout ceci ne doit pas se faire qu’entre formateur et formés. Car dans toute formation, le temps passé à partager avec les collègues est tout aussi important. 

Le SNALC prônera donc toujours la présence physique et le contact humain. 

 

FORMER À QUOI ? 

Trop souvent la formation professionnelle confine, de la part du Ministère, à une transmission de la bonne parole et à une tentative de justifier et d’imposer ses réformes. 

Quant à la formation permettant la mobilité, elle n’envisage cette dernière que de manière interne. On le voit bien lors des commissions paritaires : 90% des congés permettent simplement de tenter de changer de corps. 

Pour le SNALC, la formation doit d’abord partir des besoins des personnels. Des outils existent qui pourraient permettre de recueillir nos attentes, de les synthétiser et de basculer réellement d’une logique de l’offre à une logique de la demande. Il manque sans doute la volonté. 

De même, le SNALC prône une formation qui permette à chacun de progresser dans la maîtrise de son domaine sans jamais être formaté. Quant à celle permettant la mobilité, elle doit aussi prendre en compte ceux qui pourraient changer de ministère ou même simplement de vie 

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1465 du 13 mai 2022

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email