Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Fatigue

Mot du président

Jean-Rémi GIRARD

FATIGUE

Edito de la revue Quinzaine universitaire n°1445 du 9 octobre 2020

Si l’on devait tout résumer en un mot, c’est celui-là qui viendrait immédiatement à l’esprit. Ou plutôt, les autres mots qui viendraient à l’esprit ne seraient pas recevables pour figurer dans l’éditorial de la revue du SNALC.

Il y a la situation sanitaire et sa gestion, bien sûr. Où l’on entend ronronner que tout va bien dans nos écoles et nos établissements, que c’est l’endroit le plus sûr du pays, que les contaminations ont forcément lieu ailleurs. Et puis, de toute façon, « les enfants contaminent peu », n’est-ce pas ? Fatigue de devoir expliquer que ce n’est pas si simple, qu’un lycéen n’est plus un enfant et que d’ailleurs il est prouvé qu’il contamine, que la science est souvent lente et que son fonctionnement permet rarement d’aboutir aussi vite à des vérités définitives, y compris en primaire.

Il y a l’agenda social, sur lequel vous apprendrez tout dans notre dossier du mois. Fatigue de réexpliquer pour la quarantième fois des choses dont tout le monde autour de la table est parfaitement au courant, fatigue de se réunir pour faire des « diagnostics partagés », fatigue de voir qu’on a des trémolos dans la voix sur nos salaires depuis 2017 et qu’on s’en occupe concrètement en 2021. On va voir ce qu’il y a sur la table — la fameuse table où le ministre a posé tous ses observatoires et ses comités — et au pire on essaiera de piquer la table. On devrait en tirer un prix correct sur internet.

Il y a la gestion façon « fuite en avant » de la réforme des trois voies du lycée. En voulant reconquérir le mois de juin, on risque de perdre le mois de mars. Et de ne pas retrouver celui de juin pour autant. Fatigue de devoir expliquer qu’une copie de bac — dématérialisée ou non — c’est un travail long et sérieux, et que non, les correcteurs ne vont pas assurer leur temps plein d’enseignement en même temps. Fatigue de voir cette organisation à flux tendu, où l’administration découvre en octobre les problèmes que le SNALC lui a signalés depuis plus d’un an.

Il y a bien entendu votre fatigue à chacune et à chacun d’entre vous. Dans votre travail, dans l’image que certains donnent de celui-ci à l’opinion publique, dans le décalage entre les discours et votre quotidien.

Cette fatigue, le SNALC la connaît, et vous êtes de plus en plus nombreux à lui en faire part, et nous faisons tout notre possible pour vous proposer de l’écoute, des aides, des solutions concrètes à vos problèmes concrets.

Pourtant, ce n’est pas parce qu’on est fatigué qu’on baisse les bras, au contraire. Au SNALC, la fatigue est productive. Elle s’exprime, elle permet de construire nos propositions en identifiant clairement ce dont on ne veut plus. Croyez le bien : à force de porter votre parole au ministère de façon claire, incisive et intelligente… on les fatigue énormément.

Le président national, Jean-Rémi GIRARD

Déclaration du SNALC au comité technique ministériel
Le 9 octobre 2020

Cliquez sur l’image ci-dessous pour télécharger ce numéro :

.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email