Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Figaro Live – Pénurie de profs à la rentrée ?

«[...] le pouvoir d'achat des enseignants ne cesse de diminuer et depuis longtemps, [...] c’était déjà le cas avant et ce sera probablement encore le cas après, s’il n'y a pas de rattrapage salarial important.»
Jean-Rémi Girard
Président du SNALC

Salaire bas, niveau général en baisse… L’Education nationale peine à recruter de nouveaux profs. D’année en année, de moins en moins d’étudiants se présentent au concours du Capes dans l’objectif de devenir prof, un problème qui s’est intensifié en 2022. Alors faut-il craindre une pénurie de profs pour la rentrée ? Réponse dans Factu avec Jean-Rémi Girard, président du SNALC et Aude Bariéty, journaliste au Figaro.

Jean-Rémi Girard, président du SNALC, syndicat de l’école au supérieur,  débat sur Figaro Live du 22 juin 2022

Jean-Rémi Girard : L’explication est assez simple même s’il peut y avoir plusieurs facteurs : c’est le manque d’attractivité du métier. De ce fait il y a de moins en moins de personnes et d’étudiants qui cherchent à passer le concours, on le voit, ça peut être variable suivant les disciplines il y a des disciplines qui sont structurellement en crise depuis assez longtemps comme les mathématiques, les lettres classiques ou l’allemand mais c’est quand même un phénomène qui s’intensifie et qui s’intensifie partout.

[…]

Jean-Rémi Girard : Nous au SNALC, on ne parle même plus de revalorisation, on parle de rattrapage salarial, il suffit de regarder toutes les enquêtes, et tous les chiffres qui sont à disposition : le pouvoir d’achat des enseignants ne cesse de diminuer et depuis longtemps, ce n’est pas lié spécifiquement au gouvernement ou au quinquennat d’Emmanuel Macron, c’était déjà le cas avant et ce sera probablement encore le cas après, s’il n’y a pas de rattrapage salarial important.

[…]

Jean-Rémi Girard : C’est quand même la première fois que l’on met en place de la com pour s’en féliciter comme si c’était quelque chose de formidable alors que c’est au contraire la marque d’un échec et d’une crise. Imaginez si, parce que j’avais un chat, d’un seul coup j’allais devenir vétérinaire ! Il n’y a pas de souci tout va bien ou alors j’ai déjà pris l’avion pourquoi je ne le piloterais pas , donc effectivement c’est anormal et ce recrutement massif et structurel aujourd’hui à des personnels contractuels montre bien la crise.

«Imaginez si, parce que j'avais un chat, d’un seul coup j’allais devenir vétérinaire ! Il n’y a pas de souci tout va bien ou alors j'ai déjà pris l'avion pourquoi je ne le piloterais pas , donc effectivement c'est anormal et ce recrutement massif et structurel aujourd'hui à des personnels contractuels montre bien la crise.»
Jean-Rémi Girard
Président du SNALC
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email