Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Europe 1 – Depuis le 16 octobre 2020, est-ce que l’on défend plus le professeur ?

« Le #PasDeVague dont on a beaucoup parlé il y a trois ans n’a pas disparu d’un coup de baguette magique ; on en a pris conscience, il y a encore beaucoup de travail»
Jean-Rémi Girard
Président du SNALC

A l’occasion de la journée d’hommage à Samuel Paty, Europe 1 s’interroge sur la sécurité des enseignants en France. Est que quelque chose a changé depuis Samuel Paty? Les enseignants se censurent-ils par crainte ?

Jean-Rémi Girard, président du SNALC, syndicat de l’école au supérieur,  répond aux questions de Romain Desarbres sur Europe 1 le 15 octobre  2021 dans l’émission Europe Midi.

Y a-t-il une vraie prise de conscience depuis le drame du 16 octobre 2020, l’assassinat par décapitation de Samuel Paty ? Que ressentez-vous qui êtes sur le terrain avec tous vos collègues ?

Ce que l’on sent, c’est que ce type de problèmes liés à la diffusion de fausses informations sur les réseaux sociaux est quand même pris plus au sérieux par notre administration aujourd’hui qu’ils ne pouvaient l’être avant. Je ne dis pas que tout est résolu, loin de là. En tant que SNALC, syndicat de l’école au supérieur, nous avons eu à gérer des situations assez comparables sans être de la même gravité, en interne avec l’administration parfois. Effectivement, on sent qu’il y a plus de prise au sérieux de ce qui peut se passer quand un professeur voit son nom apparaître sur FB, twitter, Whatsapp

Ça veut dire que la direction défend plus le professeur ? la main tremble moins ? on hésite moins, on a moins peur ?

Ce n’est pas forcément « la direction ». Ça, c’est souvent la question. On peut toujours faire ce qu’on appelle le « carré régalien » au niveau du ministère : donner des directives sur la façon d’accorder la protection fonctionnelle, sur le fait d’accompagner les dépôts de plainte des collègues voire que l’institution elle-même porte plainte, ensuite il y a beaucoup de filtres et de prismes par lesquels ça passe jusqu’à arriver dans les écoles, les collèges, les lycées.

Il y a aussi des questions de personnes. On a des chefs d’établissement qui n’ont pas attendu ça pour soutenir leurs équipes. On en a aussi qui se mouillent moins toujours aujourd’hui, eux-mêmes parfois parce qu’ils ne le sentent pas trop vis-à-vis de leur hiérarchie. Le #PasDeVague dont on a beaucoup parlé il y a trois ans n’a pas disparu d’un coup de baguette magique ; on en a pris conscience, il y a encore beaucoup de travail parce que ce n’est pas quelque chose qui va s’imposer d’en haut d’un claquement de doigts.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email