FRANCE INTER – Épreuves anticipées : un report nécessaire

« …On se dirigerait vers un statu quo… » (Jean-Rémi Girard)

Jean-Rémi Girard intervient sur France Inter afin d’expliquer la nécessité de reporter les épreuves du baccalauréat afin de garantir une équité.
Cliquez sur l’image pour accéder à l’enregistrement :

À retrouver sur le site de France Inter. Interview diffusée le 11 janvier 2021 dans Le journal de 8h, Par Florence Paracuellos

Citation:
Florence Paracuellos : […] Si l’épidémie flambe, il faut s’attendre à d’autres mesures. Mais pas question de fermer les écoles, pas question de prolonger les vacances de février, pas question non plus de reporter les premières épreuves du bac en mars, même si une bonne partie des lycéens suivent leurs cours à distance la moitié du temps. Cette situation n’est pas très rassurante pour eux ni pour les profs qui les accompagnent vers ce nouveau bac.

Sonia Princet : Il reste exactement sept semaines si on enlève les deux semaines de vacances de février avant les premières épreuves du bac pour les élèves de terminale. Et pas n’importe quelles épreuves ! Il s’agit des deux spécialités choisies par les candidats qui comptent chacune coefficient seize. Au total un tiers de la note finale du bac. Or les cours ne vont pas reprendre à cent pour cent. Les organisations syndicales en ont eu confirmation comme le dit Jean-Rémi Girard, le président du SNALC, syndicat national des lycées et collèges.

On se dirigerait vers un statu quo, c’est à dire que les établissements qui sont avec des aménagements d’effectifs comme les demi-groupes par exemple continueraient à l’être au-delà du vingt janvier, ce qui pose d’autant plus urgemment la question des épreuves du baccalauréat de la mi mars. Il faut les reporter au mois de juin parce qu’il y a effectivement des différences qui se créent entre lycées, entre ceux qui ont choisi une organisation avec des groupes à effectifs réduits et ceux qui continuent à être à cent pour cent.

Sonia Princet Soixante dix pour cent des lycées ont mis en place un enseignement hybride à des degrés divers, les élèves ne seront donc pas préparés de la même façon. Le ministère souhaite pour l’instant maintenir ces épreuves nationales qui doivent compter pour l’orientation dans parcoursup mais jusque là rien ne se passe comme prévu pour ce nouveau bac.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email