Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Écoles orphelines : quand l’État ne donne pas plus à ceux qui ont moins

ÉCOLES ORPHELINES :

QUAND L’ÉTAT NE DONNE PAS PLUS À CEUX QUI ONT MOINS

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1434, novembre 2019
Par Ange MARTINEZ, élu SNALC en CAPD académie de Nice

Les mesures se sont succédé sans interruption depuis 1981 et la création des zones d’éducation prioritaire destinées à réduire l’écart entre les élèves issus de milieux défavorisés et ceux ayant plus de chance socialement parlant.
Pour aider les écoles des quartiers défavorisés, l’État a usé de la classification desdites écoles en réseaux d’éducation prioritaire comme palliatif d’indicateurs sociaux en berne. Mais à cette fin, encore faut-il bien cibler les écoles en ayant le plus besoin. Or c’est loin d’être toujours le cas. Car si le but affiché était de casser les déterminismes sociaux ou plutôt de donner plus à ceux qui ont moins, d’autres inégalités ont vu le jour. Le SNALC ira jusqu’à dire d’autres injustices. A savoir l’exclusion de certaines écoles du label REP et REP+ car n’appartenant pas au secteur du collège de rattachement.

Si le label REP/REP+ offre une solution à 6 000 écoles (et 1 000 collèges), toutes les écoles qui nécessiteraient une aide n’y ont pas accès. Pourquoi ? Car l’attribution se fait de façon descendante : pour être classé REP/REP+, il faut pour une école, dépendre d’un collège en éducation prioritaire. Si les collèges obtiennent le label en fonction d’indicateurs sociaux, (parents d’élèves appartenant à des catégories socioprofessionnelles défavorisées…), ce n’est pas le cas pour les écoles qui doivent simplement être rattachées à un collège REP.

Quand on sait qu’en moyenne six écoles dépendent d’un seul collège de secteur, on comprend aisément le problème : le secteur, par sa taille, opère une moyenne ne permettant pas de considérer les cas propres à chaque école, cas souvent bien différents de celui du collège. Ainsi, des écoles des quartiers défavorisés sont orphelines car rattachées à un collège hors éducation prioritaire. En 2016, les études montraient au travers des données fiscales et du niveau de vie médian des habitants que les deux tiers des élèves des quartiers les plus défavorisés, soit 350 000 élèves, sont encore hors réseau. Il est donc temps que le Ministère classe les écoles en fonction de critères qui leur sont propres.¦

contact :
info@snalc.fr