Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Droit à la parole mars 2022

© iStock_©andresr

Peu importe le dialogue ou le monologue, les gens ne comprennent et ne saisissent que ce qui leur affaire. » Henri Lafrance

Lauréane
Professeure d'anglais

 Mais… qui sont-ils !

Revoir des visages, enfin ! mais cela veut dire aussi que nous risquons de devoir ré-apprendre à connaitre nos élèves, car il n’est pas toujours aisé de reconnaitre un élève sans le masque. Nous avions tous associé un regard à un prénom/nom. Ce regard sera-t’il toujours le même une fois les visages découverts ou devrons nous jouer à Qui est-ce? géant ?

Sylvie
Professeure d'éducation musicale
Il me tarde !

Enfin ! après deux années compliquées à bricoler pour pouvoir chanter un peu, nous allons enfin, reprendre le chant, le vrai, en classe ! Pourvoir montrer à nouveau les gestes à la bonne pratique vocale : l’ouverture de la bouche ! revoir le bas du visage pour pouvoir corriger les éventuels défauts pris ces derniers mois. Mais surtout se réentendre ! Cela n’a pas de prix. Allons-nous garder a même intensité de voix qu’avec le masque ou naturellement, arriverons-nous à diminuer l’intonation ? L’avenir nous le dira ! Mais…. Qu’est qu’il me tarde !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email