Droit à la parole (lettre n°21)

© iStock_©andresr

Peu importe le dialogue ou le monologue, les gens ne comprennent et ne saisissent que ce qui leur affaire. » Henri Lafrance

Robert
Professeurs de lettres
Protocole sanitaire … vous avez dit protocole ?
 
Quel est donc ce protocole qui doit s’appliquer sur notre lieu de travail ? 
 
Certainement pas un document de résolutions adoptées par une assemblée ou une conférence, le SNALC le saurait. Alors il est un texte d’engagement(s) ?
 
Il aurait pu être cela mais voilà qu’est-ce qu’un engagement « dans la mesure du possible » ?
 
Les membres du CSE, des collègues choisis sont invités à se réunir sur le protocole sanitaire, autour du chef d’établissement et une réalité s’impose rapidement : éviter le brassage, pas possible, modifier le dispositif de la restauration scolaire, pas possible, faire respecter la distanciation sociale, pas possible, modifier l’organisation pédagogique de l’établissement, pas possible…
 
La mesure du possible : port du masque et gel hydro-alcoolique. 
 
 Pour aérer, ventiler la salle avant la venue des élèves, il t’est recommandé de venir un quart d’heure plus tôt…
 
Tu viens à la réunion de pré-rentrée masqué parce que cela a été notifié dans un courrier et une fois installé après le passage obligé par le distributeur de gel, tu constates qu’un tiers des collègues ne porte pas le masque tout comme le chef d’établissement d’ailleurs.
 
On te demande de repréciser aux élèves l’obligation des gestes barrière alors que le chef d’établissement retire son masque pour s’adresser à la classe, en prétextant la difficulté de s’exprimer avec le masque et puis la distanciation sociale est respectée, lui au tableau et eux derrière leur table.
 
Bref, cet engagement du « si c’est possible » c’est un peu comme les paraboles du Christ, chacun peut l’interpréter comme il veut !
Laurence
Professeurs de mathématiques
Remplaçant VS certifié/agrégé
 
Je suis remplaçante. Encore une fois, j’effectue ma rentrée après celle des autres, c’est notamment dû à mon statut ; je suis, remplaçante…
 
Je m’interroge : Pourquoi faut-il que ma rentrée soit plus difficile selon l’établissement où je suis affectée ? Dans certains collèges/lycées, l’accueil est chaleureux, il m’est permis d’avoir rapidement les manuels scolaire et l’intégration au sein de l’équipe est facile. Et puis… il y a les autres ! Ceux où les MA sont déconsidérés. Le pire étant, je trouve l’accueil au lycée, où trop souvent l’on se sent illégitime. Et pourtant ? Le travail est le même, non ?  N’ai-je pas vos élèves ? le même programme ? n’est -ce pas plus difficile de s’adapter encore et encore que de faire les mêmes cours depuis des années ? Alors, oui ! Je ne suis que « remplaçante », mais j’ai un cœur, un cerveau et des diplômes -certes pas celui de certifié ou d’agrégé- alors, s’il vous plait, ne m’ignorez pas en salle des professeurs !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email