Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Direction d’école, un chantier au (très) long cours

Par Véronique Mouhot,
Commission nationale SNALC Premier degré,
FORMULAIRE DE CONTACT

Le 21 septembre 2020

Depuis le 28 janvier 2020, date des annonces d’Edouard Geffray (DGESCO), aucune des améliorations pourtant évoquées concernant les conditions de travail des directeurs et directrices d’école n’a encore été perçue.
Au contraire, le confinement, le déconfinement puis la rentrée scolaire 2020, leur auront demandé une charge de travail supplémentaire sans commune mesure.
La crise sanitaire a momentanément interrompu les groupes de travail au ministère sur la direction d’école, puis la proposition de loi RILHAC a relancé les débats en juin 2020. Enfin, deux groupes de travail (ou plutôt d’échanges) sur la direction d’école ont eu lieu les 2 et 15 juillet 2020, présentant les mesures de rentrée et annonçant l’agenda social. Où en sommes-nous depuis ?

La conférence de presse du Ministre du 26 août 2020 et la circulaire d’Edouard Geffray sur la direction d’école

Afin de témoigner un tant soit peu de reconnaissance envers les directeurs et leur investissement sans faille, notre Ministre avait annoncé, le 26 août 2020, un allègement des tâches, un soutien au quotidien et une plus grande reconnaissance financière, avec notamment une prime de 450 euros versée à chaque directeur d’ici la fin de l’année civile.
Dès le lendemain, une circulaire sur la direction d’école paraissait au BO, détaillant les annonces du Ministre. Malheureusement, les détails restent vagues et flous pour la plupart. Le principe de réalité rattrape déjà les belles intentions et les inquiétudes et questionnements légitimes demeurent.
Quatre groupes de travail ont été planifiés pour atteindre le « cap » fixé par le Ministre, cap différent selon que l’on soit du côté des élus du personnel ou de l’administration :

    • Décharges complémentaires,
    • Délégation de compétences de l’IEN,
    • Rémunération,
  • Questions de sécurité.

À l’heure de la rédaction de cet article, les organisations syndicales ne savent rien de bien précis. L’augmentation des décharges pour tous est loin d’être à l’ordre du jour. Concernant les deux jours de formation continue, nous ignorons leur contenu et leur programmation, même si le SNALC a réclamé qu’ils n’aient pas lieu sur temps de décharge, et encore moins en dehors des jours et heures scolaires. Un référent Direction dans les DSDEN devrait également voir le jour cette année, à titre expérimental pour ceux qui n’en jouissaient pas, pour aider et conseiller.

La prime exceptionnelle de 450 euros

Dans un premier temps perçue comme un remerciement pour la période du confinement, cette prime de rentrée 2020 « sans aucun lien avec les efforts fournis lors de la crise COVID » s’est concrétisée par décret. Le 4 septembre 2020, les syndicats élus en CTMEN furent invités pour discuter du projet de décret relatif à cette prime de rentrée exceptionnelle. Si ces 450 euros versés à 44 455 directeurs représentent malgré tout une somme de plus de 20 millions d’euros, le SNALC ne pouvait se satisfaire d’une prime réservée au seul directeur et/ou intérim de direction en poste au moment de la rentrée scolaire. Alors que la crise sanitaire refait surface, rien n’avait en effet été pensé pour les nombreux intérims qui assurent une partie de la direction en remplacement des directeurs absents courant septembre. Le SNALC a immédiatement dénoncé cette injustice pour des centaines de collègues qui auront accompli le travail de direction sans toucher la moindre indemnité. Lors du CTMEN du 15 septembre, le ministère s’est donc orienté vers le paiement d’une indemnité pour les collègues ayant assuré l’intérim de direction sur une partie du mois de septembre.
Le SNALC continuera de vous tenir informés de l’avancée des discussions et des conclusions éventuelles des groupes de travaux.
L’urgence de la situation de la direction d’école semble relative pour nos dirigeants. Et nous continuons de naviguer entre incertitudes, interrogations et inquiétudes.
Présent dans toutes les discussions et tous les travaux sur la direction d’école, le SNALC déplore la lenteur et les timides propositions du ministère pour des raisons encore et toujours budgétaires.
L’urgence devient urgente au bout de combien de temps ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email