Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Direction d’école : on avance

© iStock – gemenacom Zdziarski

FORMULAIRE DE CONTACT

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1438,
Par Christophe GRUSON , secrétaire national premier degré
20 février 2020

Au sortir de la première réunion sur la direction, il y a quelques jours, le SNALC a été quelque peu agacé. Le ministère a annoncé vouloir proposer rapidement des pistes d’allégement en travaillant à partir du référentiel métier de 2014. Pour le SNALC, encore faut-il repenser ce référentiel métier en profondeur ; un simple toilettage ne suffirait pas. Hélas, la satisfaction ressentie devant cette volonté du ministère d’accélérer les choses, n’a pas duré très longtemps.
En ce qui concerne la sécurité, on s’étonnera d’entendre que le ministère est bien conscient qu’un directeur n’est pas un spécialiste de la sécurité. Ah ? Alors si tel est le cas, pourquoi avoir laissé depuis des années, cette responsabilité à des directeurs qui n’en ont pas les compétences (PPMS, DUER, plans vigilances…) ? N’est-ce pas irresponsable alors qu’on parle ici de la sécurité de nos enfants ? Rappel : le SNALC est demandeur de longue date, d’un texte juridique définissant les limites des missions demandées et une clarification précise des rôles du directeur d’école.

Pour ce qui concerne l’administratif, on avance « à grands pas » puisque le ministère a pris l’engament de réfléchir dans la mesure du possible, dans un temps pas encore défini à un allégement pas encore arrêté des procédures qui seraient éventuellement à simplifier. Des évolutions des logiciels devraient être à l’étude, les modalités sur les 108 heures restent à définir, les PAI pourraient être revus dans des conditions qu’il reste encore à préciser. Une certitude en revanche : le directeur ne devrait plus avoir à faire l’appel des AESH. Nous voilà rassurés !

Le ministère a donc enfin pris conscience de l’importance du sujet et de son urgence… Merci.

Alors que le métier est en détresse, que les syndicats crient leur indignation depuis des années, le SNALC attendait un geste fort et immédiat en direction de la direction d’école. Nous ne nous contenterons pas d’une prise de conscience, d’un questionnaire et d’un calendrier de réunions pour arriver dans un an à : « quelque chose devrait sans doute voir le jour ! ». De qui se moque-t-on ? Au nom de tous les collègues en souffrance : cela suffit !