Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Des élections à l’épreuve du réel

Mot du président
 
Jean-Rémi GIRARD

 

Edito de la revue Quinzaine universitaire n°1470 du 4 novembre 2022

Le ministère de l’Éducation nationale possède une particularité étonnante : il documente scientifiquement l’échec de sa politique.

On le constate une fois encore dans deux notes d’information publiées récemment par la DEPP (Direction de l’Évaluation, de la Prospective et de la Performance). Ces enquêtes — de grande qualité — portent sur le temps de travail réel des professeurs ainsi que sur le bien-être de l’ensemble des personnels. Au vu des résultats développés, il faudrait plutôt parler de mal-être et de surcharge de travail.

Ainsi, le ministère dispose bien de tous les éléments de diagnostic et de bilan nécessaires pour établir des choix politiques en accord avec le réel. Et le réel dit clairement que l’idée d’un « pacte » en mode « travailler plus pour gagner plus » est complètement hors-sol. Il faut que le ministre arrête de sortir chaque jour devant un média différent des idées de missions supplémentaires à nous faire faire, avant de revenir dessus le lendemain en disant qu’il s’est mal exprimé. Parfois, une heure de silence vaut mieux qu’une déclaration organisée au débotté[1]. C’est pourquoi le SNALC demande que l’enveloppe prévue pour le pacte soit reversée dans celle qui sert pour la part inconditionnelle de la rémunération.

Le réel, c’est aussi la souffrance au travail de nombreux personnels, que le ministère doit prendre en compte. Dans l’organisation et le fonctionnement de l’école inclusive et des PIAL, par exemple. À ce sujet, l’interpellation par le SNALC des députés comme des services de Matignon a permis l’organisation d’une première réunion sur ce thème. Ce ne peut être qu’un point de départ, et l’on doit parvenir enfin à réunir l’ensemble des acteurs de l’inclusion autour de la même table, de façon régulière, afin de trouver des solutions aux difficultés grandissantes que connaissent les professeurs, les vies scolaires, les AESH, mais aussi les élèves inclus eux-mêmes et leurs familles. Car l’inclusion au rabais est aujourd’hui une cause majeure de souffrance chez nos collègues, et ce vécu doit être connu et pris en compte par les autres acteurs.

Le réel, c’est également le fait de rester modeste et proche du terrain quand on fait le bilan d’une réforme. À ce sujet, les professeurs de lycée professionnel n’en sont toujours pas revenus de voir le satisfecit de notre institution vis-à-vis de la précédente réforme de la voie professionnelle. Le SNALC le dit clairement : ce bilan est mensonger, et ne présage rien de bon quant à la suite. C’est pourquoi le SNALC poursuit la mobilisation et l’appel à la grève sur la voie professionnelle le 17 novembre prochain, dans le cadre d’une large intersyndicale. Ce n’est pas mieux au niveau du lycée général et technologique, dont le comité de suivi — que le SNALC a quitté — n’est pas capable de mettre sur la table les problèmes structurels. Le SNALC se prépare donc déjà à se battre sur la future réforme du collège.

Pour que votre réel, votre quotidien ait une chance d’évoluer positivement, il est impératif qu’il soit porté par une organisation syndicale représentative, dans tous les sens du terme. Non seulement le SNALC est officiellement représentatif et siège dans la plus haute instance de l’Éducation nationale, mais il est également représentatif car il ne déforme pas ce qui se passe dans nos établissements et nos administrations. Il sait décrire sans fard, avec honnêteté et indépendance, vos conditions de travail et l’état du système scolaire et universitaire. Il le fait au ministère ; il le fait dans tous les grands médias nationaux et régionaux. Pour qu’il ait une légitimité encore plus grande à le faire, il vous suffit de voter pour ses listes du 1er au 8 décembre prochain. En quelques gestes très simples — créer son espace électeur en cliquant sur le lien envoyé par le ministère sur votre adresse académique, récupérer ce mois-ci votre notice de vote — vous pourrez vous assurer que tout sera fait par nos élus pour que vous obteniez, enfin, un meilleur traitement.

 


[1] « mieux vaut un cours organisé au débotté qu’une heure de permanence » — Pap Ndiaye, entretien dans L’Obs, octobre 2022

MOUVEMENTS INTER 2023

La revue n°1470 est accompagnée d’un supplément n°1470BIS consacré aux MOUVEMENTS INTER 2023, en consultation et téléchargement ICI 

Lire aussi