Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Dédoublement de classes : poudre aux yeux ou résultats avérés ?

© 1592967-pxhere.com

Jean-Michel Blanquer a fait du dédoublement des classes de GS, CP et CE1 son cheval de bataille médiatique, vantant les mérites d’un tel dispositif mobilisant 10 800 professeurs des écoles et oubliant de dire que pour y arriver, il a fallu faire des coupes franches dans d’autres secteurs. Le jeu en valait-il la chandelle ?

 

Puisque je vous dis que ça marche !

Notre Ministre est autant dithyrambique qu’intarissable sur le sujet du dédoublement des classes de GS, CP et CE1 en éducation prioritaire. « Le dédoublement, c’est la locomotive de toute mon action dans ce ministère. » Cette mesure phare vise à rétablir une forme de justice sociale en réduisant les inégalités scolaires, mettant fin à un certain déterminisme. Il faut dire que le Ministre a répondu à une certaine pression extérieure : les études internationales vont d’une part dans le sens des classes à effectifs réduits pour obtenir des résultats et d’autre part dans le constat que tout se joue très tôt dans la scolarité. A ce jour, 380 000 élèves, soit 20% des élèves concernés, bénéficient du dispositif au sein de 1 050 écoles REP et REP+.  Résultat : classes sereines et enseignants « sur un petit nuage ».

Mais les résultats sont-ils à la hauteur ? Jean-Michel Blanquer affirme que l’écart entre les élèves en REP et ceux hors REP est tombé de onze à sept points en fluidité de lecture, réduit donc de 36% : « C’est un résultat extraordinaire. Je peux partir fier du travail accompli », lance notre Ministre, même s’il reconnaît que « le confinement de 2020 a retardé les avancées, qui sont encore hétérogènes. »

 

Une réalité en demi-teinte

La DEPP (Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance) a publié en septembre 2021 les résultats de son étude. Les « 100% de réussite en CP » visés par le Ministre ne sont plus qu’un lointain souvenir puisque la réduction des écarts ne serait que de 14% en mathématiques et de 9% en français. Le gain est qualifié de « très faible » par l’étude de la DEPP pour les élèves jugés performants au sein de ces classes et bénéficierait surtout aux élèves les plus en difficulté. L’étude précise que « l’impact positif de la réduction de la taille des classes en REP+ est surtout visible en CP. En CE1, il ne semble pas y avoir d’effets supplémentaires. » Les élèves issus de l’éducation prioritaire n’ont donc pas rattrapé les élèves hors du dispositif. En outre, les résultats sont deux fois moins importants que ce qui se concrétise avec plus de succès dans les autres pays ayant adopté de tels dispositifs.

Pour le SNALC, bien que bénéfique à certains élèves, le dédoublement de classe ne peut pas faire oublier le manque cruel de RASED dont l’Éducation nationale souffre depuis des années et qu’aucun ministre n’a fait mine de combler. Ainsi, il n’y a pas assez de spécialistes pour aider les élèves les plus en difficulté et pour apporter leur expertise aux équipes pédagogiques qui en ont besoin.

 

Et le reste des élèves ?

Car oui, il y a des oubliés de la politique ministérielle. Les efforts se sont concentrés sur l’éducation prioritaire labélisée REP et REP+ alors que 70% des enfants défavorisés sont scolarisés hors des réseaux prioritaires. Des oubliés aux besoins pourtant bien concrets. Pour ceux-là, rien ne sera fait afin de lutter contre les inégalités.

Et les élèves du milieu de la courbe, que l’on pourrait hisser vers l’excellence ? Et les très bons élèves, capables avec un peu d’aide de côtoyer les sommets ? Pour eux, rien. Le dispositif de notre Ministre touche donc seulement 20% des élèves français. Pas de quoi s’en vanter…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email