Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

CONGÉ POUR INVALIDITÉ TEMPORAIRE DUE AU SERVICE

CONGÉ POUR INVALIDITÉ TEMPORAIRE

DUE AU SERVICE

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1427, avril 2019
Par Frédéric ELEUCHE, secrétaire national aux personnels administratifs et de santé

Il peut arriver qu’un fonctionnaire ait un accident de trajet, ou un accident de service ou même contracte une maladie professionnelle, sans que cela entraîne une situation définitive. Un décret (2019-122 du 21 février 2019) vient de la prendre en compte en créant un nouveau titre intitulé « congé pour invalidité temporaire imputable au service ».

Le fonctionnaire est alors tenu d’envoyer une déclaration accompagnée des pièces nécessaires, un certificat médical indiquant la nature et le siège des lésions résultant de l’accident et s’il y a lieu la durée probable de l’incapacité de travail. Pendant cette durée, le fonctionnaire garde son traitement et ses indemnités.

L’on se doute que pour reconnaître ce type d’accident, l’administration fera faire toutes les expertises médicales qu’elle jugera bon pour savoir s’il convient de détacher l’accident du service et les enquêtes administratives visant à établir la matérialité des faits et les circonstances de l’accident. Pour ce faire, elle demandera à la commission de réforme de vérifier s’il n’y a pas eu de circonstance de nature à détacher l’accident du service ou « si un fait personnel du fonctionnaire ou toute autre circonstance particulière étrangère notamment aux nécessités de la vie courante est potentiellement de nature à détacher l’accident de trajet du service » Ensuite, elle se prononcera sur l’imputabilité au service et déterminera le taux d’invalidité.

Attention : l’emploi du fonctionnaire ainsi déclaré temporairement invalide pour accident de trajet ou de service peut être déclaré vacant. Ce qui signifie que chaque rectorat sera libre de le faire ou non. De même, le fonctionnaire ainsi reconnu ne devra pas s’absenter de son domicile plus de deux semaines sauf à informer l’administration de ses lieux et dates de séjour, sous peine de perdre sa rémunération. Et bien entendu, il ne devra pas exercer d’activité rémunérée pendant la durée de son invalidité, d’autant que cette durée est prise en compte pour son avancement d’échelon et de grade et ses droits à pension.

L’on constate que l’administration a pris toutes les précautions pour que le fonctionnaire n’abuse pas de ce nouveau type de congé. Mais on ne se plaindra pas de sa création.