Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Cnews – Laïcité : une CPE menacée de mort.

« ...Je ne sais pas si l'élève était scolarisée dans un lycée public ou privé, ou alors si elle était présente au centre d'examen en tant que candidate libre...si elle était scolarisée dans le privé ou en candidate libre, elle peut passer l'examen avec sauf, dans le cadre d'un contrôle d'identité »
Maxime Reppert
Secrétaire national aux conditions de travail et climat scolaire du Snalc

Une CPE menacée de mort pour avoir demandé à une élève de retirer son voile pour un examen. Maxime Reppert revient sur les limites de la loi laïcité lors d’un examen et sur les dérives des réseaux sociaux.

Maxime Reppert, secrétaire national aux conditions de travail et climat scolaire du SNALC,  répond aux questions sur CNEWS le 20 juin 2022

CNEWS : J’aimerais que l’on parle de cette menace de mort au lycée Charlemagne à Paris, une CPE aurait demandé à une élève d’enlever son voile pour une épreuve du bac. Le ton est monté, semble-t-il, des élèves ont filmé évidemment, la vidéo s’est retrouvée sur les réseaux sociaux. La CPE a été reconnue et a été harcelée et menacée de mort. Une enquête est ouverte. 

J’aimerais qu’on entende Maxime Reppert, bonsoir. Vous êtes secrétaire national du SNALC, c’est le syndicat national des collèges et lycées.

Confirmez-vous cette histoire ainsi que le déroulement des faits ?

Maxime Reppert : Écoutez, en tant que représentant syndical du SNALC, je n’ai pas assisté personnellement à la scène, j’ai lu cela dans les journaux. Je distingue bien 2 choses. 

La première, c’est l’enquête puisqu’une enquête a été ouverte par le parquet de Paris justement pour connaître les tenants et les aboutissants de cette affaire étant donné qu’il y a 2 versions qui s’opposent. Il y a la version de la conseillère principale d’éducation et aussi celle de l’élève qui ne sont pas les mêmes. Il y a également, au-delà de ça, des informations qui me manquent. Je ne sais pas si par exemple l’élève était scolarisée dans un lycée public ou privé, ou alors si elle était présente au centre d’examen en tant que candidate libre.

Journaliste : Et ça change quelque chose ? 

Maxime Reppert : Oui, ça peut changer les choses effectivement par rapport à la question du port du voile. 

C’est à dire, il faut distinguer 2 choses depuis 2004. Je précise le fond de ma pensée. Depuis 2004, il y a une loi qui interdit les signes religieux ostentatoires.  

Cette loi s’applique dans tous les établissements scolaires collèges et lycées et primaires. Il y a toutefois une circulaire qui met en place une forme d’exception, c’est à dire que dans un établissement public, si l’élève est scolarisée dans un lycée public, je parle de scolarité, elle ne peut à aucun moment porter son voile. Par contre, si elle était scolarisée dans le privé ou en candidate libre, elle peut passer l’examen avec sauf, dans le cadre d’un contrôle d’identité, ce qui, vraisemblablement, a été le cas ici. 

[…]

Je n’ai pas eu l’occasion d’aller au bout de mon raisonnement. J’ai expliqué au départ de mon intervention que je distinguais 2 choses. Il y a la question de la laïcité avec les faits qui se sont passés, il y a une enquête qui est en cours et je ne suis ni policier, ni magistrat, je n’ai pas à commenter là-dessus, si ce n’est une fois que les résultats de l’enquête seront conclus. Par contre, la 2e chose et là je me permets de le dire puisque c’est mon rayon, c’est que je suis abasourdi, triste, révolté et malheureusement peu surpris par le fait que nous ayons des personnels de l’Éducation nationale, des enseignants ou des conseillers principaux d’éducation qui se retrouvent menacés de mort, confrontés à la fureur des réseaux sociaux parce que c’est quelque chose qui fait penser à l’affaire Samuel Paty, il y a peu de temps. Mais j’aimerais, au-delà de ces 2 références, vous rappeler quand même que très régulièrement, les personnels de l’Éducation nationale sont victimes parfois d’un déferlement de haine, de moquerie filmées à leur insu dans les salles de classe ou même tout simplement à l’intérieur de l’enceinte de l’établissement. Et ça, effectivement, ce sont des choses que nous condamnons avec la plus grande fermeté, c’est vraiment l’essence même de mon propos. Je ne peux pas me permettre, sur des faits auxquels je n’ai pas assisté, pour lesquels je n’ai pas tous les renseignements, de pouvoir conclure.

[…]

Écoutez, oui, pour des sujets qui peuvent être extrêmement variés, vous avez des collègues qui régulièrement sont soumis à la violence des réseaux sociaux. Cela peut entraîner une spirale et totalement submerger les collègues et les mettre dans une grande souffrance et parfois même en danger. 

Je tiens simplement à vous rappeler encore une fois que je ne suis pas dans une posture politicienne par rapport à la question du voile car il y a 2 choses : le sujet de la laïcité et les menaces de mort auxquelles a été confrontée la collègue CPE. Ce sont pour moi 2 sujets qui sont différents et je m’exprime pour le coup exclusivement sur le 2e thème en attente des résultats de la première enquête.  

 

« ...je suis abasourdi, triste, révolté et malheureusement peu surpris par le fait que nous ayons des personnels de l'Éducation nationale, des enseignants ou des conseillers principaux d'éducation qui se retrouvent menacés de mort, confrontés à la fureur des réseaux sociaux parce que c'est quelque chose qui fait penser à l'affaire Samuel Paty, il y a peu de temps »
Maxime Reppert
Secrétaire national aux conditions de travail et climat scolaire du Snalc