Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Classes préparatoires : la pagaille annoncée

Ces jours-ci, les élèves de Seconde des lycées formulent quatre souhaits de spécialités pour la Première, sans garantie de voir leur choix satisfait, que ce soit par manque de place ou en raison de contraintes d’emploi du temps. En Terminale, ils pourront n’en conserver que deux sur les trois qui leur seront attribuées. Ceci leur cause un double stress, faire le bon choix pour leurs études supérieures et voir ce choix satisfait.
En 2021, ce seront donc des élèves de profils variés qui postuleront en classes préparatoires, et celles-ci doivent dès à présent se préparer à gérer l’hétérogénéité des acquis. Pour les classes scientifiques, l’Inspection Générale envisage « l’adaptation du premier semestre » et reconnaît la « nécessité de moyens d’accompagnement souples ».

En clair, des cours de rattrapage pour les matières qui n’auront pas été suivies. Et bien sûr, à moyens constants. On va donc prélever « quelques semaines » d’interrogations orales pour financer ces cours. Et pourtant ces heures « n’ont pas vocation à compenser tout ce qui n’aura pas été fait avant ». On ne saurait mieux dire que les étudiants n’auront d’autre choix que de trouver d’autres moyens de se mettre à niveau, puisqu’il est affirmé – et c’est heureux – qu’il faut conserver le niveau de sortie pour les écoles. Pour les classes préparatoires économiques et commerciales se pose surtout la question de la répartition entre ECS et ECE ; mais les acquis des nouveaux élèves seront également disparates selon les spécialités qu’ils auront suivies.

Le SNALC a déjà maintes fois manifesté son opposition à la réforme du lycée. Son secteur CPGE s’est fait l’écho des préoccupations des collègues classes préparatoires ; pour y répondre, il a demandé officiellement le maintien en Terminale des trois spécialités suivies en Première. D’autres dispositions pourraient être prises, comme le fait de proposer une ou deux matières scientifiques dans le premier groupe d’options. Il y a urgence à agir, car sans cela les classes préparatoires se dirigent clairement vers une discrimination entre les grands et les petits lycées et les étudiants plus ou moins fortunés, au détriment de l’égalitarisme républicain auquel sont attachés l’immense majorité des professeurs.

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1428, mai 2019

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email