Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Climat scolaire
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Situation sanitaire
Souffrance et risques psycho-sociaux
Enseignement privé : nos articles
Privé : contes et légendes
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Examens, évaluation
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - quotidien
Avantages - sorties
Avantages - vacances
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
« Choc des savoirs »
Dossiers du mois
École inclusive
Laïcité et valeurs de la République
Réforme du lycée
Rémunérations
Grenelle et agenda social
Les métiers
AED
AESH
AESH : Contrat
AESH : Droits et devoirs
AESH : Infos en bref
AESH : Le SNALC s’adresse au ministre
AESH : Métier et carrière
AESH : PIAL et inclusion
AESH : Positions et revendications
AESH : Protection des personnels
AESH : Rémunération et retraite
Contractuels enseignants, CPE, Psy-EN
Contractuels : Contrats
Contractuels : Droits et devoirs
Contractuels : Infos en bref
Contractuels : le SNALC s'adresse au ministre
Contractuels : Métier et concours
Contractuels : Positions et revendications
Contractuels : Protection des personnels
Contractuels : Rémunération et retraite
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, Bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Nos publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Classe exceptionnelle : l’exception reste la règle

© freepik.com_EyeEm

Les taux de promotion ont été établis jusqu’en 2026. La DGRH a produit une prévision, à partir des effectifs connus actuellement, pour les prochaines années :

Sans la « défonctionnalisation » du vivier 1 et sans le passage à un rapport promouvables/promus (pro/pro) défendu par le SNALC, le nombre de promotions en 2023 n’aurait pas été de 19 145, mais seulement de 14 265. En 2024, 20 016 promotions sont prévues au lieu de 6 726 selon les précédentes modalités.

L’adoption du rapport pro/pro permet donc de garantir des promotions et d’établir une équité entre les corps. En effet, adapter le taux à l’objectif de promotions en valeur absolue, permet de rattraper les retards de promotion dans certains corps – comme celui des PE (29 % de promouvables seront promus) et de façon moindre pour les agrégés (13.5 %).

Concernant l’attribution des avis, la DGRH a confirmé n’avoir donné aucune consigne de mise en place de quota. Aucun évaluateur ne peut donc se réfugier derrière cet argument pour expliquer n’avoir pu donner le meilleur avis. C’est bel et bien son choix.

Les amendements du SNALC ont été retenus en partie au CSA ministériel, notamment l’obligation de justifier les avis Très Favorable et Défavorable. Notre demande concernant l’avis Favorable n’a pas été retenue cette année alors que cet avis est essentiel pour mesurer l’attente des évaluateurs pour l’attribution l’année suivante d’un avis Très favorable.

Malgré la pérennisation des promotions, le grade sommital qu’est la classe exceptionnelle n’est toujours pas accessible à tous. Pour le SNALC, la suite logique du passage au rapport pro/pro est de faire de la classe exceptionnelle un grade de débouché pour tous les personnels réalisant une carrière complète.

Si la promotion de grade prend autant d’importance pour les personnels, c’est bien parce que c’est le seul moyen de connaître une progression salariale ou plus souvent encore de maintenir son pouvoir d’achat. En l’absence d’une revalorisation globale alors que les carrières s’allongent, l’accès au dernier grade se doit d’être plus fréquent, mais aussi plus précoce. Trop de promus partent aujourd’hui en retraite avant d’avoir pu bénéficier du sommet indiciaire de chaque corps.