Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Cités éducatives, un goût de déjà vu ?

CITÉS ÉDUCATIVES,

UN GOÛT DE DÉJÀ VU ?

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1429, mai 2019
Par Ange MARTINEZ, élu CAPD et membre du Bureau du SNALC Nice

Le dispositif « Cités éducatives », annoncé jeudi 2 mai par Jean-Michel BLANQUER et Julien DENORMANDIE, promet de donner plus – et paraît-il mieux – à ceux qui en ont le plus besoin.

AND THE WINNER IS…

Un investissement de 100 millions d’euros de 2020 à 2022 pour lutter contre les inégalités dans les quartiers défavorisés, ce n’est pas rien. Et ça se mérite. Sur 80 communes présélectionnées, seules 60 seront retenues pour intégrer le label « cités éducatives » et bénéficieront des 34 millions d’euros de crédits par an.

On peut lire sur education.gouv.fr qu’il faut « encourager la coopération avec les parents », ce qui sera forcément chronophage pour l’enseignant qui multipliera projets et réunions.

Ce dispositif se déclinera en trois axes :

  • Conforter le rôle de l’école,
  • Organiser la continuité éducative,
  • Ouvrir le champ des possibles.

Si le premier point se veut rassurant, le deuxième confirme qu’on multipliera les partenaires de même que les réunions et les 108 heures seront une fois de plus extensibles. Se joindront donc à la fête : les associations, la CAF, la commune, etc. Vive la co-intervention !

Quant au troisième, pourquoi ne pas dire « Vers l’infini et au-delà » tant le Ministère se complaît dans la formule ? Il s’agira simplement de mettre en réseau des modes d’action existant déjà (avec encore une fois, le résultat décevant qu’on leur connaît). Le modèle donné en exemple est Grigny, où pourtant ni les enseignants, ni les parents, ni les élèves n’ont vu le moindre changement.

UN LEVIER POUR REGROUPER LES STRUCTURES ?

Chaque établissement intégrant le label disposera d’une enveloppe de 38 000 euros pour lancer une action commune école-collège. Le dispositif sera à la charge des principaux de collège secondés par des personnels de la préfecture et de la mairie. Alors que deux jours plus tôt, le Sénat a adopté la suppression de l’article 6 Quater de la loi Blanquer sur la création des EPSF, on se demande si notre ministre n’avait pas envisagé une porte de sortie pour faire passer en force son projet sur les établissements. Le SNALC, opposé à cela, reste sur le qui-vive.

contact :
info@snalc.fr