Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

C’est bien pratique

© iStock - Sercan Ertürk
« Le risque de transmission existe principalement d’adulte à adulte, d’adulte à enfant, mais rarement d’enfant à enfant ou d’enfant à adulte » (Olivier Véran, ministre de la santé).

N’étant plus à une contradiction près, le gouvernement, après avoir jugé les masques inutiles, les a rendus obligatoires contre toute attente, une fois la saison touristique estivale terminée, la sécurité sanitaire étant alors redevenue question de priorité là où le tourisme et l’entrée de devises l’étaient cet été. Et puis, en novembre, reconfinement sauf pour les écoles. C’est bien pratique.

Maintenant que les enseignants ont été obligés d’appliquer des protocoles sanitaires de plus 50 pages inapplicables car sans cesse actualisés et finalement réduits à une dizaine de pages, voilà la transmissivité du virus remise en cause. C’est bien pratique.

Une fois les quatorzaines passées à 7 jours, on prétexte la non-contagiosité des enfants entre eux et à l’égard de l’adulte à l’école. C’est bien pratique.

Les masques chirurgicaux et FFP2 ont laissé la place à des masques de qualité moindre, des masques en tissu de la marque DIM, jugés suffisamment protecteurs. Et finalement toxiques, contenant de la zéolite d’argent, biocide dangereux pour l’usager… C’est bien pratique.

Pour relancer l’économie, il faut consommer. Noël ? La période rêvée pour la relance économique ! Le déconfinement « commercial » est annoncé pour le 28 novembre. Ruez-vous dans les boutiques. C’est bien pratique.

Et on ose nous dire que les enfants ne sont pas vecteurs, eux qui nous transmettent angine, grippe et gastro chaque hiver. Comme c’est pratique !

De là à ce qu’on nous affirme qu’on a beaucoup progressé sur la question et qu’il n’y a plus rien à craindre, le virus ayant totalement muté en une souche beaucoup moins pathogène, il n’y a qu’un pas. Ce serait bien pratique.

Alors, on fera des oeuvres en arts plastiques pour recycler tous ces masques et figer sur les toiles cette période où la vérité des propos a été des plus ténue et décroissante au fil des mois, comme la durée des jours de l’automne à l’hiver. Décidément, c’est bien pratique.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email