Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

CEDRE : le bilan

© eleves_istock_SDI-Productions

CEDRE, Cycle des Évaluations Disciplinaires Réalisées sur Échantillon, a concerné bon nombre de nos élèves et professeurs d’allemand. Des classes de 3e ont été aléatoirement choisies sur le territoire pour passer ces évaluations organisées en deux temps : une épreuve sur ordinateur et une autre sur cahier « papier », soit deux sessions à planifier entre le 9 mai et le 3 juin 2022. 

Même si le ministère se vante d’une certification de qualité, l’organisation sur le terrain est tout autre. Le SNALC regrette l’envoi tardif (ou pas) des cahiers dans les établissements et dénonce des évaluations organisées à la va-vite. 

Le SNALC émet également des réserves sur les questions posées aux élèves. Certes, si la première partie évalue vraiment leurs compétences, certaines questions sont déguisées en évaluation des professeurs par leurs élèves. Ainsi, il leur est effectivement demandé si leur professeur s’adresse à eux exclusivement en allemand, si ce dernier souligne leurs progrès, s’il accorde de l’importance au fait qu’ils s’expriment en allemand sans pour autant corriger les fautes de langue, ou alors s’il les corrige en donnant des explications pour ne pas les commettre à nouveau, le tout dans la bienveillance et la bonne humeur. Il est regrettable que n’apparaisse aucune question liée aux nombre d’élèves par classe par exemple, car il s’agit d’une variable essentielle pour la réussite des élèves. Le SNALC craint que ces évaluations CEDRE ne soient biaisées ; une classe de 3e est hétérogène, souvent avec deux voire trois professeurs d’allemand qui interviennent sur des regroupements de 2 ou 3 classes : les groupes du cursus bilingue, les groupes d’allemand LV1 et les groupes d’allemand LV2… 

Le SNALC voit aussi dans le questionnaire destiné aux professeurs d’allemand un moyen de « prendre la température » : envie de quitter l’Éducation nationale, considération et reconnaissance du métier, temps passé à préparer les cours, corriger les copies… Cependant, les temps de réunions pour valider le socle, parents-profs, conseils de classe, tâches liées à la fonction de professeur principal, rédactions de PPRE, PAP… et autres tâches aussi chronophages qu’invisibles ne sont jamais prises en compte. Dès lors, c’est la porte ouverte pour en imposer de nouvelles et travailler encore plus pour gagner… pareil, c’est-à-dire beaucoup trop peu. 

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1466 du 10 juin 2022