Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Avantages-SNALC : les offres V1
Carrière des PE
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Formations, concours, stagiaires
L'enseignement privé
L’édito du président
Le premier degré
Brèves
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Mobilité
Pédagogie
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Elections professionnelles
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants du supérieur
Personnels BIATSS
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques
Mutations, détachement
Personnels administratifs
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Positions et revendications
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Programmes & disciplines
Santé et risques psycho-sociaux

BFM TV – “Transmettre les valeurs républicaines ou quitter le métier”

« si le ministère a identifié des collègues s'opposant aux valeurs de la République, a priori c'est à lui de régler le problème et de sanctionner, donc ce qu'on dit au ministre c'est: 'Faites fonctionner votre ministère!' »
Jean-Rémi Girard
Président du SNALC

Jean-Michel Blanquer a affirmé ce mardi que les professeurs devaient “adhérer aux valeurs de la République et les transmettre” ou “quitter” l’Education nationale. Si, sur le fond, le propos du ministre ne fait pas débat parmi les représentants des enseignants, ceux-ci en dénoncent le ton et pointent des arrière-pensées politiques.

Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC,  répond aux questions de Robin Verner pour BFM TV le 21 octobre 2021 (Voir l’article sur le site de BFM TV)

Le sujet ne tient pas tellement au fond du propos mais à la défiance qu’il traduit à leur égard. Les profs ne décolèrent pas depuis que ce mardi, à l’heure de lancer son plan de formation des enseignants à la laïcité, Jean-Michel Blanquer a posé que ceux-ci devaient “adhérer aux valeurs de la République et les transmettre” ou “quitter le métier”.

“Si quelqu’un a un problème avec les valeurs de la République, ça peut être possible sur le plan démocratique, en tant que citoyen français, par contre ce n’est pas possible en tant que fonctionnaire de la République”, poursuivait-il et ajoutant, sur un registre toujours aussi martial:

“Ça n’a peut-être pas été assez clair dans le passé, ça va être désormais très clair dans le présent et dans le futur, au travers de la formation comme de la gestion de la carrière des personnes”.

Cet air de soupçon, cette mélodie du “soumettez-vous ou démettez-vous” ont suscité sans tarder l’indignation des organisations syndicales.

La colère et la détresse des professeurs sont d’autant plus douloureuses qu’elles sont aussi affaire de calendrier.

“Quelques jours après l’hommage à Samuel Paty, qui a défendu ces valeurs si fortement, le timing et le contenu étaient malvenus”, nous glisse Jean-Rémi Girard, président du SNALC.

Ingrates et stigmatisantes. C’est donc telles qu’apparaissent les paroles du ministre aux oreilles des enseignants dont il a la charge. Jean-Rémi Girard les juge encore superflues dans la mesure où la rue de Grenelle dispose des moyens hiérarchiques pour agir au besoin, et que la responsabilité lui en incombe:

“Si des questions se posent au plan individuel – je vous avoue qu’on n’en pas tellement constatées -, si le ministère a identifié des collègues s’opposant aux valeurs de la République, a priori c’est à lui de régler le problème et de sanctionner, donc ce qu’on dit au ministre c’est: ‘Faites fonctionner votre ministère!'”.

Et les syndicats ne semblent pas espérer que l’avenir immédiat apaise les blessures.

“On a tous compris que la campagne présidentielle avait commencé”, relève encore Jean-Rémi Girard, président du SNALC.

Campagne dont il s’attend à ce qu’elle soit “longue et pénible”, “mais on demande qu’on garde du respect à l’égard du personnel de l’Education nationale”. Filant l’analyse, Jean-Rémi Girard estime:

“C’est visiblement un moment de communication politique pour donner des gages à une partie de l’électorat… mais pas aux enseignants apparemment”, sourit-il avec un peu d’amertume.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email