Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

BCPST : des prépas en danger

© istock_Ridofranz

Les BCPST, issues de la fusion des classes préparatoires Véto et Agro en 2003, sont des prépas très prisées des étudiants souhaitant devenir vétérinaires, et offrant des débouchés dans les écoles d’agronomie, agroalimentaire, dans les domaines de la géologie, de l’eau, de l’environnement ou de la chimie. 

 

L’annonce de la réforme du lycée avait inquiété les collègues. L’arrivée des premiers étudiants ayant subi cette réforme l’a confirmé : le passage à deux spécialités en Terminale provoque de grosses difficultés pour les enseignants de ces classes, qui doivent jongler avec des étudiants qui n’ont pas fait de SVT ou de physiquechimie en Terminale, et dont beaucoup d’ailleurs ont suivi la même année l’option mathématiques complémentaires, parfois insuffisante pour aborder sereinement le programme de maths de BCPST. Ce qui est d’autant plus dramatique que, contrairement à la SVT ou la physique-chimie, aucune heure de remédiation n’est prévue pour les mathématiques ! 

Mais alors que la tension est vive, une autre annonce a fait couler beaucoup d’encre : les Écoles nationales vétérinaires peuvent, depuis la rentrée 2021, recruter sur concours directement après le BAC. En 2021, 160 places étaient donc accessibles en post-bac, contre 461 pour les étudiants de BCPST. Et en 2022, ces derniers n’auront plus accès qu’à 323 places soit une baisse de 30%. Seule concession du Ministère : autoriser exceptionnellement les étudiants de BCPST à passer trois fois le concours pour les bacheliers 2020… 

On voudrait supprimer les CPGE BCPST qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Si le nombre de places au concours Véto pour les BCPST diminue encore, ce sera comme signer l’arrêt de mort de cette CPGE. 

Le SNALC répète inlassablement qu’il faut défendre les classes préparatoires et leur excellence auprès des grandes écoles, qui ont tendance à nous oublier, auprès du Ministère et de l’Inspection Générale, qui ont tendance à nous mépriser, auprès des collègues du Secondaire, qui ont tout intérêt à valoriser les exigences académiques, auprès des étudiants eux-mêmes et de leurs parents contribuables, qui ne doivent pas être dupes d’un élargissement des « chances » payé fort cher par un effondrement du niveau et à terme de la valeur des diplômes. 

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1465 du 13 mai 2022