Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Bac : une bonne correction ?

© istock_Lamaip

C’est acté, le Ministère a un peu corrigé le tir pour les épreuves de spécialité. Mais le SNALC se réjouit- il de cet effort tardif ? 

TROP PEU ET UN PEU FLOU 

Le SNALC demandait une semaine de décharge de cours pour les correcteurs. Finalement, ces derniers pourront demander à bénéficier de quatre demi-journées libérées. C’est certes mieux que rien. Mais la mise en place a de quoi questionner. Les professeurs devront faire la demande et l’octroi se fera avec l’accord du chef d’établissement. Ainsi, plutôt que de cadrer nationalement, l’institution laisse la main à un dialogue hiérarchique. 

Comme à chaque fois que le Ministère fait ce choix, le SNALC s’attend à devoir intervenir face à des interprétations diverses et à des abus. Il encourage donc ses adhérents à faire remonter les dysfonctionnements éventuels. 

D’AUTRES ENJEUX 

Sur le fond, le SNALC considère que les épreuves de spécialités posent intrinsèquement problème en faisant cohabiter le temps pédagogique avec le temps certificatif. Et le mélange des genres est sans doute ce qui pose le plus problème dans la réforme du baccalauréat. 

Le contrôle continu confond également les deux temps et met donc une pression constante sur tous les acteurs concernés. 

Quant aux épreuves terminales, elles placent les professeurs de français et de philosophie face à une équation difficilement soluble : corriger, tout en étant membres des jurys du grand oral. 

Tout s’est fait dans la précipitation et sans réelle concertation, jusque dans le mode de correction. L’expérimentation de la correction sur copies numérisées n’a pas fait l’objet d’une vraie analyse. Elle a simplement été généralisée, par le simple fait du prince. 

FAIRE DE VRAIES CORRECTIONS 

Même le Ministère voit que sa réforme ne tourne pas rond. Pas un Conseil Supérieur de l’Éducation ne se tient sans que soit voté un ajustement voire l’ajustement d’une modification. 

Pour le SNALC, il est temps de corriger réellement la trajectoire car le mur du réel va faire beaucoup de mal à quelques cohortes d’élèves tout en continuant de dégrader nos conditions de travail. 

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1465 du 13 mai 2022

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email