Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Bac 2022 : les résultats de l’enquête du SNALC

© 1451207-pxhere.com

Au sommaire

I. Constats d’ensemble

Alors qu’elle était largement décriée jusqu’ici, la correction sur copie dématérialisée par le biais de l’application Santorin pose aujourd’hui moins de problèmes.

BAC_enquete2022_01
BAC_enquete2022_02

C’est en fait en philosophie que les avis demeurent majoritairement négatifs. Cela s’explique évidemment par les habitudes de corrections qui sont faites d’allers-retours et de comparaisons que Santorin rend évidemment difficiles. Il est possible aussi d’associer cette vision négative au nombre très important de copies et à la longueur de ces dernières. Les épreuves de spécialités posent en ce domaine moins de problème. Les lots étaient moins importants et les copies, en deux heures, étaient souvent moins longues.

BAC_enquete2022_03

L’autre élément commun aux trois types d’épreuves est l’organisation de commissions d’harmonisation durant les corrections, même si la tendance est moins forte en philosophie

BAC_enquete2022_04
BAC_enquete2022_05
BAC_enquete2022_06

Et, il est notable que les pressions exercées pour faire remonter les notes sont restées très minoritaires. Cependant, le simple fait qu’elles aient pu exister doit nous interroger.

BAC_enquete2022_07
BAC_enquete2022_08
BAC_enquete2022_09

II. Les épreuves de spécialité montrent des bidouillages

BAC_enquete2022_10

Certains pourraient se réjouir que la majorité des copies n’aient subi aucune modification à l’insu des correcteurs. Mais, tout de même ! Un quart des adhérents ayant participé à notre sondage témoignent de remontées de leur note, quand, étrangement, personne n’a constaté une baisse de ses notes.

Lorsque le SNALC avait tenu à poser ce que devait être une harmonisation lors des discussions au ministère sur la mise en place du contrôle continu (car il n’en a jamais été question sur les épreuves de spécialité), la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire avait été pleinement en accord avec nous : une harmonisation se fait à la hausse comme à la baisse, sinon il ne s’agit pas d’une harmonisation.

Donc, ce que nous avons vécu cette année ne saurait être nommé ‘harmonisation’. Il s’agit ni plus ni moins d’un bidouillage.

Et cette manipulation a pu avoir des effets assez importants sur les résultats des élèves. 

En effet, majoritairement, c’est 1  point qui a été gagné. Mais dans 7% des cas, cela a pu dépasser 3 points. Le SNALC a même été alerté sur des lots dont la moyenne était passée de 13 à 16. Quel intérêt ? Osera-t-on nous dire qu’il s’agissait de ne pas pénaliser des candidats victimes d’un correcteur malveillant ?

BAC_enquete2022_11

III. Français : il faut revoir les épreuves

Les EAF ont aussi donné lieu à une manipulation des notes puisque 29% des collègues nous signalent des notes remontées (toujours aucune baisse).

BAC_enquete2022_12

Mais c’est loin d’être le seul problème.

Tout d’abord, il convient de s’intéresser à la qualité des copies. Que ce soit du point de vue de la langue ou du point de vue de l’analyse ou de la réflexion, le niveau est loin d’être unanimement salué par les correcteurs. Les réponses les plus nombreuses montrent en effet au mieux un ensemble moyen ou plutôt mauvais.

BAC_enquete2022_13
BAC_enquete2022_14

Outre la qualité des copies, ce qui semble poser problème, ce sont les épreuves en elles-mêmes.

Au niveau de l’écrit, la dissertation actuelle est loin de remporter tous les suffrages et une majorité apparait en faveur d’un retour à l’ancienne épreuve.

BAC_enquete2022_15

Que l’on se rassure – si l’on peut parler ainsi – l’épreuve orale n’est pas vraiment plus appréciée.

En effet, aucune des trois parties ne semble satisfaire la majorité des professeurs.

L’étude linéaire comme la question de grammaire sont majoritairement vues comme de mauvaises idées qu’il convient d’abandonner.

BAC_enquete2022_16
BAC_enquete2022_17

La deuxième partie de l’entretien est perçue comme difficile à mener. D’ailleurs, une large majorité se dessine en faveur d’un retour à l’ancien entretien mené à partir du descriptif.

BAC_enquete2022_18

Il n’est pas étonnant dans ce contexte qu’une majorité tout aussi importante souhaite que la réalisation du descriptif se fasse dans le cadre d’un plein exercice de la liberté pédagogique.

BAC_enquete2022_19

IV. Philosophie

Si Santorin reste problématique, il n’est pas, cette année, l’objet le plus préoccupant. Ce sont bien les productions des élèves qui inquiètent. Leur niveau n’est bon ni en termes de qualité du Français, ni en termes d’analyse et de réflexion. Ce constat partagé par une majorité de collègues doit nous alerter.

BAC_enquete2022_20
BAC_enquete2022_21

Le SNALC n’a cessé de pointer le besoin d’améliorer les programmes de français – bien en amont du lycée – car les élèves ont une maitrise de moins en moins solide de la langue. Et, comme l’on pense à partir de concepts, c’est-à-dire de mots, la réflexion s’en trouve nécessairement affaiblie.

V. Le Grand oral ne convainc pas

Une large majorité d’entre vous a trouvé la préparation de cette dernière épreuve, totem de la réforme du lycée, difficile.

BAC_enquete2022_22

Les causes sont sans doute multiples.

On pourra, par exemple, opiner que le délai entre les épreuves de spécialité et le Grand Oral a été raccourci par le décalage des premières citées en mai. Bien évidemment, cela a pu avoir un impact. Mais l’on peut aussi considérer que la préparation est censée se faire sur deux ans… Et l’on peut surtout signaler qu’aucun temps dédié n’est prévu pour cette préparation, alors même que les programmes de spécialités sont bien remplis.

Des raisons intrinsèques à l’épreuve sont à prendre en compte. Tout d’abord, les élèves sont encore peu à l’aise avec la notion de « question vive » et ont du mal à préparer leur oral sans un guidage très soutenu. Or, les professeurs ont aussi des difficultés à avoir des certitudes sur le contenu de l’épreuve.

Pour le dire plus clairement, si l’on comprend bien le comment (la posture, l’aisance, savoir mener les échanges…) le quoi (le contenu) est un objet encore insaisissable.

Pourtant, le rejet du Grand Oral – toujours majoritaire – est moins sensible qu’auparavant.

BAC_enquete2022_23

Le SNALC remercie ses adhérents, qui ont répondu nombreux à nos trois enquêtes. Cela donne aux résultats une réelle représentativité.

Votre syndicat peut donc légitimement demander une audience au ministère afin de porter votre parole.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email