Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

AUX ORIGINES DU MAL…

AUX ORIGINES DU MAL…

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1427, avril 2019
Par Maxime REPPERT, secrétaire national à la vie scolaire

Il règne, au sein de l’Éducation nationale, une véritable omerta où professeurs et personnels non enseignants ne devaient et ne pouvaient mettre trop en avant leurs difficultés ou les problèmes rencontrés… des élèves instables ou des parents agressifs (et/ou intrusifs dans votre pédagogie), en passant par le harcèlement… De l’insulte au suicide, l’éventail de ces maux est grand.

Il ne s’agit pas ici de pessimisme. Croire cela serait nier les burn-out, les suicides, les violences médiatisées…

Les difficultés ou le ressenti des uns ne sont pas les mêmes pour d’autres. Nous ne ciblons pas une catégorie de personnels mais un système dans son ensemble.

L’enseignant se sent de plus en plus comme un couteau-suisse oeuvrant, non pas pour la réussite et le bien-être des élèves, mais pour le bon fonctionnement de l’Institution.

Il serait dommage de salir cette belle vitrine, avec ses forts taux de réussite au brevet et au bac.

Et pourtant….la médiatisation de ces problèmes et des mouvements comme le « pas de vague » ou celui des « stylos rouges » viennent confirmer ce que le SNALC dénonce depuis plusieurs années. Si la parole commence à se libérer, le chemin est encore long pour briser ces chaînes. Ces entraves sont :

L’isolement : difficile de parler, que ce soit aux collègues ou auprès de sa hiérarchie (chef d’établissement, rectorat) sans se sentir jugé(e) ou craindre d’éventuelles représailles (frein dans l’avancement, mutations d’office…). Autour de soi ? Les préjugés pèsent lourds sur le métier. Et quand on libère sa parole, celle-ci est entendue mais rarement écoutée.

La culpabilité : quand un problème est mis en évidence, on remet souvent en cause la victime (ou on minore la gravité des faits). Consciemment ou non, l’Institution préfère enfermer les personnels dans le cercle de la culpabilité plutôt que de se remettre en question.

Ces 2 éléments conduisent facilement au burn-out. Pour surmonter cela, il faut parler et garder une certaine confiance/estime de soi. Nous ne sommes pas là pour vous juger mais pour vous apporter une écoute, des conseils, un soutien. Vous n’êtes pas seul(e). Avec votre confiance, nous agissons pour vous rendre cette dignité indispensable à la sérénité à laquelle vous avez droit…

contact : info@snalc.fr

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email