Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Avantages-SNALC : les offres V1
Carrière des PE
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Formations, concours, stagiaires
L'enseignement privé
L’édito du président
Le premier degré
Brèves
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Mobilité
Pédagogie
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Elections professionnelles
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants du supérieur
Personnels BIATSS
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques
Mutations, détachement
Personnels administratifs
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Positions et revendications
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Programmes & disciplines
Santé et risques psycho-sociaux

AGRESSION DE COMBS-LA-VILLE, UNE GESTION « MEDIATISEE » DES CONFLITS

© 556879-pxhere.com

Le 8 octobre dernier, une enseignante de 66 ans du lycée professionnel Jacques-Prévert à Combs-la-Ville (Seine et Marne) a été violemment projetée à terre par un élève qui tentait de sortir de sa salle de classe en plein cours. La scène, filmée par un camarade, est devenue virale.

Quelques jours après, l’auteur de cet acte, un élève de terminale âgé de 18 ans, est passé en comparution devant le tribunal judiciaire de Melun qui l’a condamné, notamment, à 5 mois de sursis probatoire pendant deux ans et 140 heures de travaux d’intérêt général.

Le SNALC tient à saluer la façon dont cette agression a été gérée par la hiérarchie, que ce soit par les services du rectorat ou par le chef d’établissement. En effet, la protection fonctionnelle a été rapidement accordée à la collègue agressée et une plainte a été déposée (par la victime mais aussi par le chef d’établissement).

Toutefois, au-delà de ce constat, nous apportons deux bémols :

  • Cette gestion rapide et efficace relevée ici est loin d’être systématique dans des affaires analogues que nous suivons (sans parler des témoignages qui nous sont remontés). Chose que nous regrettons vivement.
  • Ce premier point en soulève un autre : la prise en charge rapide de la hiérarchie dans ce dossier n’est-elle pas liée à la grande portée médiatique de cette agression  et le contexte de l’anniversaire de l’assassinat de Samuel Paty?

 

Moins d’un an après ce drame, l’émotion est vive. Comment ne pas penser à toute cette violence qui peut s’abattre, n’importe quand, sur l’un d’entre nous ?

Oui, l’agression de Combs-la-Ville est spectaculaire et ne constitue pas, fort heureusement, la majorité des incidents de notre quotidien. Pour autant, elle n’est pas un acte isolé. Il suffit de taper sur un célèbre moteur de recherche « agression enseignant » pour se rendre compte que la vie d’un professeur (et plus largement de tous les personnels) est loin d’être un long fleuve tranquille. Il existe de fortes perturbations. Entre le « Pas de vague » et le « Prof Bashing », nul doute que nous naviguons de plus en plus en eaux troubles. Le SNALC n’abandonnera pas le navire EN pour autant.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email