Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Situation sanitaire
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Examens, évaluation
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - quotidien
Avantages - sorties
Avantages - vacances
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Grenelle et agenda social
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

AESH: l’inacceptable galère pour voter !

© istock_fizkes-1186588005

Le SNALC alerte le ministre de l’Éducation nationale et la presse sur la galère des AESH pour voter lors des élections professionnelles de décembre 2022.

Monsieur Pap Ndiaye
Ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse
110, rue de Grenelle
75357 Paris 07 SP

Les élections professionnelles, dans l’Éducation nationale comme dans l’enseignement agricole, s’achèvent sur un constat catastrophique où le vote des AESH a été entravé.  Malgré les nombreuses alertes de nos organisations syndicales dans le cadre des discussions préparatoires avec le ministère, fondées sur les dysfonctionnements constatés lors des précédents scrutins, rien n’a été fait pour favoriser et encourager la participation de 132 000 agents.

Des AESH non inscrits, des espaces électeurs impossibles à ouvrir, des identifiants non reconnus ou inconnus…

Des AESH n’étaient pas inscrits sur les listes électorales, en particulier celles et ceux gérés par les EPLE, et bon nombre n’avait toujours pas connaissance des identifiants d’accès à leur messagerie professionnelle leur permettant d’accéder au détail de la procédure électorale ou d’activer la création de leur compte électeur.

Si pour la majorité des personnels l’identifiant était l’adresse mail professionnelle, c’était sans compter que des AESH ont subi des changements de boîte professionnelle en changeant d’employeur, recevant toujours les informations dans une ancienne boîte alors qu’une nouvelle devait être activée… Dans ce contexte, l’ouverture de l’espace électeur n’a pas pu se faire, le format de l’identifiant n’étant pas reconnu.

Le choix de l’envoi de la notice de vote dans l’établissement tête de PIAL a constitué un frein car un grand nombre d’AESH n’a pas les moyens de se déplacer pour aller chercher le document. Par conséquent, la majorité des AESH n’avait pas de code de vote au moment de l’ouverture des scrutins.

En cas de réassort du code de vote, les AESH étaient encore nombreuses et nombreux à ne pas avoir connaissance de leur NUMEN ou leur numéro de sécurité sociale n’était pas entré dans la base de leur administration, empêchant toute prise en compte.

Enfin les AESH n’ont fait l’objet d’aucune attention particulière alors même que la solution de vote choisie pouvait les mettre en difficulté. Or beaucoup ne possèdent pas d’ordinateur personnel ou n’ont pas accès à l’outil informatique, ni n’ont pu bénéficier d’une aide ou d’un accompagnement sur leur lieu de travail.

Trop d’AESH contraints de renoncer à voter !

Pour toutes ces raisons, les AESH ont été empêchés de voter, n’étant pas en capacité d’aller jusqu’au terme de la procédure de vote. Il s’agit clairement d’une rupture d’égalité de traitement entre les agents de la Fonction publique et d’une atteinte à la liberté d’expression électorale.

Les AESH vivent au-dessous du seuil de pauvreté au regard de la faiblesse de leur salaire, ils et elles exercent dans des conditions très difficiles et précaires qui engendrent une grande souffrance au travail et qui conduisent parfois à des ruptures anticipées de contrat ou des licenciements pour inaptitude. Or les AESH se considèrent comme des personnels à part entière malgré l’ignorance dont ils et elles font l’objet. Par l’exercice de leur droit de vote, c’était aussi montrer tout leur attachement à leur métier et à leur statut d’agent de la Fonction publique.

Nos organisations syndicales dénoncent une nouvelle fois le mépris et l’absence de considération du ministère pour ces personnels qui contribuent pourtant pleinement à la réussite de la scolarisation des élèves en situation de handicap !