Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : carrière
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

AESH : l’amour du risque

© risque_iStock_AscentXmedia

Pour les AESH, il n’existe pas de système de mouvement ou de mutations à proprement parler, comme pour les titulaires. Pour les AESH en CDD, la seule solution reste la démission alors que pour les AESH en CDI, il existe la portabilité du CDI.



Ainsi, lorsqu’un AESH est en CDI et qu’il souhaite changer de département ou d’académie, il conserve son CDI, à condition bien entendu d’être recruté lorsque des besoins existent dans le territoire d’accueil convoité. Sur le papier, c’est très clair. Attention cependant, l’administration n’effectue pas les démarches de transfert et il revient à l’AESH de faire acte de candidature dans le département souhaité. De plus, s’il venait à être recruté, la portabilité n’impliquerait pas nécessairement la conservation de toutes les clauses du contrat. Ainsi, le nouvel employeur n’est pas obligé de proposer la même quotité horaire.

Ces dispositions compliquent déjà sérieusement la tâche des candidats au départ, la quotité et les revenus étant souvent, de facto, revus à la baisse. Cela étant, la portabilité garantit une relative sécurité, le CDI étant conservé et la démission du département de départ ne se faisant qu’une fois la promesse d’embauche actée à l’écrit.

Cependant, tout le monde ne voit pas les choses sous le même angle et certains font prendre des risques inconsidérés aux candidats au départ. Il est apparu qu’une DSDEN peu scrupuleuse (dans l’académie de Rennes, pour ne pas la nommer) demande aux AESH en CDI de démissionner purement et simplement de leur poste avant toute étude de leur dossier !

Et de conclure : « Dans l’éventualité que nous ne puissions pas vous proposer un poste dans les 4 mois à compter de votre démission, nous pourrons toujours vous proposer [ndlr : ultérieurement] un CDD de 3 ans, renouvelable une fois avec possibilité d’une CDIsation au terme des 6 années. »

Le SNALC, croyant à une maladresse locale, est intervenu auprès du recteur de l’académie concernée. Cependant, l’absence de réponse nous laisse à penser qu’il ne s’agit pas d’un malentendu. Le SNALC fera donc connaître au ministère les pratiques honteuses de son administration afin que ces dernières cessent au plus tôt !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email