Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Acteurs : tous en scène !

© scene_iStock_alphaspirit

Pour beaucoup, enseigner, c’est un peu comme jouer une pièce de théâtre. Il n’y a pas que le texte qui compte mais la gestuelle, les expressions, la manière d’occuper l’espace. Faire cours, c’est marquer de son empreinte, donner une part de soi.



L’espace de la classe peut donc être perçu comme la scène d’un théâtre. Cependant, que ce soit à l’occasion des réformes, de la crise sanitaire ou du climat de travail quotidien, entre infantilisation et comportements consommateurs des élèves et parents, on se rend compte que les personnels sont de plus en plus assignés à des rôles passifs, tels des spectateurs qui ne sauraient intervenir de façon délibérée et réfléchie, qui ne sauraient qu’assister et devraient suivre docilement les injonctions – souvent paradoxales – qu’on leur assène. Où sont passés les professionnels qui étaient censés exercer le plus beau métier du monde ?

Cette détérioration de nos conditions de travail, chacun la perçoit à des échelles diverses, tout le monde la déplore avant de retourner à sa tâche quotidienne. Et c’est tout ?

Chers collègues, redevenons acteurs de notre propre métier, de notre vocation. Ne nous laissons plus infantiliser par un système qui ne reconnaît pas à leur juste valeur, ni financièrement ni socialement, notre importance et notre engagement.

Pour cela, rien de plus simple. Commencez par faire confiance à un syndicat qui ne se contente pas de vous représenter de façon globale et lointaine, mais vous propose des outils concrets, novateurs et adaptés à la réalité de vos difficultés et de vos besoins. Ensuite, connaissez et apprenez vos droits. Vous verrez alors que le manque de confiance que vous pourriez ressentir n’est que le reflet de la culpabilisation d’une institution incapable de se remettre en cause.

Il est évident que les choses ne changeront pas s’il n’y a pas une réaction massive. Notre but est de défendre chacun d’entre vous, mais aussi d’amplifier votre voix.

Il est entendu que l’Éducation nationale n’est pas en mesure d’assurer à ses personnels dignité et sérénité. Plutôt que de subir, nous vous proposons d’agir : tous en scène, avec le SNALC !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email