Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

10 mars : point sur la situation sanitaire

Compte rendu de réunion au ministère

POINT SUR LA SITUATION SANITAIRE

Réunion du 10 mars 2022 

Compte rendu du SNALC publié le 10 mars  2022
Par Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC

En présence du directeur de cabinet et de la secrétaire générale.

Du fait des vacances, difficulté de comparer les chiffres en milieu scolaire ces dernières semaines, mais décrue très nette entre les chiffres de cette semaine et ceux d’avant les vacances. Les absences de professeurs en janvier ont quasiment doublé par rapport à une année classique. Les recrutements annoncés ont été effectués et les enveloppes consommées. Sur les capteurs de CO2, un point sera fait tout à l’heure avec les associations d’élus.

Rappel du fait que le premier ministre a annoncé des allègements en population générale. La transposition en milieu scolaire fait que l’on passe au niveau 1 du protocole, en allant même plus loin sur le port du masque, qui n’est plus obligatoire à tous les niveaux, personnels compris.

La Foire aux questions précisera l’ensemble des points dans la journée, avec envoi d’un message à l’ensemble des personnels.

 

 

Le SNALC indique que les délais sont, une fois encore, très courts, compte tenu de l’importance des changements de protocole. Les écoles et établissements vont devoir passer leur vendredi et leur week-end sur le travail d’application et sur la communication envers les élèves et les familles. Ce ne sont pas des conditions correctes.

Le SNALC demande qu’un document spécifique sur le contact tracing soit adressé à l’ensemble des personnels, afin que les règles soient clairement cadrées. Il faut un système simple, pour ne pas déborder les directions d’école, les vies scolaires, les personnels infirmiers, etc. Il faut aussi quelque chose de cohérent : il paraîtrait incompréhensible que les élèves mangeant ensemble à la cantine ne soient pas cas contacts, alors même qu’ils remplissent tous les critères de la définition de cas contact.

Le SNALC demande que les règles sur le port du masque soient très claires (il s’agit bien de la fin de l’obligation de le mettre, mais certaines personnes peuvent le garder pour des raisons par ailleurs parfaitement valables). Le SNALC demande que l’employeur fournisse des masques FFP2 en quantité suffisante pour celles et ceux qui le demandent. Ces masques sont les seuls réellement protecteurs dans une situation où le masque n’est généralement plus porté, selon le président du HCSP et le représentant du ministère de la santé.

Le SNALC a beaucoup de remontées sur la question des ASA, et a bien noté hier que les règles ne changeaient pas pour le moment.

Sur la qualité de l’air, il faut maintenant avoir des indications sur la façon de la tester , afin de savoir comment chaque salle « fonctionne » de ce point de vue. Ce n’est pas lors de l’arrivée d’un éventuel prochain variant qu’on le fera, alors qu’on aura le nez dans le guidon. Cela permettra aussi d’avoir des données opposables pour faire bouger les collectivités locales sur la mise en œuvre de travaux.

Enfin, le SNALC demande toujours une prime pour l’ensemble des personnels, qui serait normale au vu de l’investissement qu’a nécessité la gestion de la pandémie depuis maintenant 2 ans.

ÉCHANGES

Un document dédié sur le contact tracing est travaillé en ce moment même avec le ministère de la santé.

Les préfets peuvent prendre des décisions au vu de la situation, mais on ne souhaite pas d’adaptations locales au niveau de l’établissement.

Les règles en matière de nettoyage, aération… demeurent.

Il sera bien reprécisé que les règles sur les ASA ne sont pas modifiées.

Reprise des rencontres UNSS.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email