LE GRAND ORAL : ENCORE UNE AUTRE PANTALONNADE !

LE GRAND ORAL : ENCORE UNE AUTRE PANTALONNADE !

Lettre PÉDAGOGIE




LE GRAND ORAL :


ENCORE UNE AUTRE PANTALONNADE !





Image par flower-celebration-europe-mystery-carnival-italy-1192377-pxhere.com


LE PÉDAGOGIE 7 - Mars 2021
Par Sylvie Chiariglione,
membre du Bureau national du SNALC et secrétaire académique du SNALC de Corse
pedagogie@snalc.fr





À la Commedia dell’arte, il est d’usage de tisser un canevas de l’action qui donne un cadre précis au déroulement d’une pièce sans pour autant s’immiscer de trop dans le jeu des acteurs – masqués - si bien que ces derniers ont toute latitude dans le choix de leurs déplacements et de leurs répliques. L’improvisation est donc de mise et se trouve être l’une des principales caractéristiques de ce genre de théâtre populaire, assortie de quelques lazzi – plaisanteries.

Le Grand Oral est l’illustration parfaite de cet art. Il s’agira d’un festival où le jury n’aura aucune attente. Un festival où les comédiens joueront leur propre texte. Un texte qu’ils auront écrit sous la direction d’auteurs-metteurs en scènes que personne n’aura jamais informé du thème du festival. Mais bon, l’honneur sera sauf. Des statuettes devraient être distribuées avec bienveillance.

Des formations aléatoires…


Les répétitions en académies sont très inégales comme si le grand auteur avait oublié d’envoyer son texte aux petites scènes de province. Et l’on se retrouve avec des enseignants convoqués, à qui on assène simplement un texte officiel et devenant à leur tour des référents disciplinaires pour leurs collègues in situ. Jamais autant de pairs n’auront secondé les corps d’inspection dans leur mission première pour répéter le B.O. à part peut-être lorsqu’il s’était agi de vendre la réforme du collège. Il est dommage cela dit que ces efforts ne se soient point soldés par l’octroi aux intéressés de quelques deniers pour service rendu : le parterre doit-il se cotiser ? Au moins, il semble que des promesses d’évolution de carrière furent distribuées çà et là. On est loin des Molières, mais c’est toujours ça.

Des injonctions paradoxales : de la bienveillance au strict cadrage

C’est sans surprise que nous retrouvons dans les principales didascalies des formations le champ lexical de la bienveillance, de l’absence de jugements de valeur, de l’apprentissage de la gestion du stress… L’enseignant doit adopter des attitudes préventives qui tendent à assouplir cet exercice qui est décrit comme très difficile voire insurmontable pour certains élèves !
Dans le même temps, il doit veiller à ce que l’élève adopte une posture engagée, maitrisée et un discours clair et construit !
Au final, tout ce qui relève du contenu et du sens doit être regardé avec bienveillance. C’est le jeu de l’acteur qui porte l’épreuve, visiblement.

Des IA-IPR absents…

Les seuls bardes pédagogiques que nombre d’enseignants ont rencontrés ne seront au final que leurs pairs avec lesquels, de visu ou sur les réseaux sociaux, ils auront pu échanger, avec l’espoir de se construire une trame, quelques répliques pour l’occasion, pour démarrer seuls sur les planches, dans des costumes plus ou moins taillés sur mesure, aux allures d’Arlequin !
Que cache ce silence de nos plus proches souffleurs, nos conseillers pédagogiques ? N’ont-ils donc rien à nous apprendre de plus en termes de spécificités disciplinaires que ce que nous pouvons nous-mêmes imaginer ?

Bien sûr, le SNALC n’entend point dresser ici un portrait de la troupe enseignante dépourvue de toute adresse sur scène ! Il dénonce encore une fois avec force le traitement outrancièrement grotesque qui lui est infligé, ajoutant peu de crédit à toute action pédagogique, la bouffonnerie et le grand cafouillage que représente l’organisation du Grand Oral, dont on a tant clamé la pertinence et les vertus. Au final, il semble s’apparenter davantage à un exercice de tâtonnement expérimental qu’à une prouesse éducative intellectualisée !
Face à cette impréparation flagrante, le SNALC réitère sa demande d’annulation du Grand Oral pour que cesse enfin toute pitrerie indigne de notre profession qui ne peut servir que les intérêts de quelque Pantalon !





SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox