CONTRACTUELS ENSEIGNANTS : À MONTPELLIER, LE SOLEIL A UN PRIX

CONTRACTUELS ENSEIGNANTS : À MONTPELLIER, LE SOLEIL A UN PRIX

Lettre contractuels




CONTRACTUELS ENSEIGNANTS :


À MONTPELLIER, LE SOLEIL A UN PRIX





©iStock - ilbusca


LE CONTRACTUELS 19 - mars 2021
Par Marie-Adeline Rouby, responsable contractuels du SNALC Montpellier,
contractuels@snalc.fr





M. X, contractuel enseignant en CDI dans l’académie d’Orléans-Tours, déménage à l’été 2020 pour s’installer dans l’académie de Montpellier. Il demande alors la portabilité de son CDI : celle-ci lui permettrait en effet d’être recruté directement en CDI dans sa nouvelle académie. Il exerce dans une matière longtemps déficitaire et en difficulté à Montpellier, mais moins en cette rentrée 2020.

Là commence une première bataille : acter la portabilité ! En effet, Montpellier, comme à son habitude, la refuse dans un premier temps. La portabilité est une possibilité et non un droit. Montpellier sait s’en souvenir et n’accepte que rarement les demandes faites par les agents en CDI d’autres académies… Après 11 ans d’exercice et plusieurs années en CDI, on ose proposer à cet agent de l’embaucher mais en CDD ! M. X ne renonce pas, entre en pourparlers avec le Rectorat et finit par obtenir la portabilité en octobre 2020. Il est alors placé en poste immédiatement. Mais là, surprise de taille sur son premier bulletin de salaire : il observe en effet un différentiel de plus de 360 euros net, évidemment en sa défaveur !

Une deuxième bataille débute alors : M. X tente, vainement de faire reconnaître son niveau de rémunération précédemment acquis. Du 10ème niveau, il a été rétrogradé au 6ème ! Mieux encore, le Rectorat lui explique qu’on lui fait déjà une fleur… En effet, ses 11 ans d’expérience devraient le placer, à Montpellier, au 4ème niveau de rémunération au vu des dispositions prises dans l’académie sur la rémunération des contractuels... Le Rectorat reste donc sourd à ses demandes et ne recule pas malgré l’aberration de la situation ! Le soleil se paye cher…

Le SNALC Montpellier met tout en oeuvre pour améliorer les conditions de recrutement et d’avancement des contractuels enseignants malgré une administration plus que récalcitrante à toute proposition à toute amélioration. Un groupe de travail a été demandé : le SNALC ne peut que constater les écarts significatifs entre académies suite à la mise en place du nouveau cadre de gestion des contractuels enseignants, CPE et psychologues et Montpellier fait figure de mauvais élève à bien des égards…







SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox